Le travail de nuit associé à 11 types de cancer chez la femme

Accueil » Santé » Maladies & douleurs » Cancers » Le travail de nuit associé à 11 types de cancer chez la femme

Les femmes qui travaillent de nuit ont un risque plus élevé de certains cancers, selon une nouvelle étude.

Publiée dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention, l’étude suggère que le travail de nuit (de longue durée) augmente le risque de cancer de 19% chez les femmes.

Explications :

S’appuyant sur des études antérieures impliquant 4 millions de femmes vivant en Europe, aux États-Unis, en Australie et en Asie, et qui ont travaillé de nuit sur le long terme, l’étude visait à savoir si ce travail de nuit était associé au risque de cancer chez ces femmes.

11 types de cancer que vous risquez d’avoir si vous travaillez la nuit !

A en croire les résultats, il existe bel et bien un lien entre les deux. Le travail de nuit à long terme des femmes a été associé à près d’une douzaine de types de cancer. Avec un risque de cancer global de 19%, le cancer de la peau était le plus dominant avec 41%, le cancer du sein 32% et le cancer de l’estomac de 18%.

LIRE AUSSI:  Ce rituel hygiénique double vos risques de cancer des ovaires ... Tous les Gynécologues le disent !!

En plus, l’étude avance que les infirmières travaillant le soir ont le plus grand risque de développer un cancer du sein (58% de plus que celles qui travaillaient durant les horaires normaux). Elles avaient également une chance plus élevée de 35% de cancer gastro-intestinal et 28% de cancer du poumon.

« Notre étude indique que le travail de nuit constitue un facteur de risque pour les cancers courants chez les femmes », a déclaré le professeur adjoint Xuelei Ma de l’Université du Sichuan en Chine.

Des recherches antérieures montrent que l’exposition à la lumière pendant la nuit diminue les niveaux de mélatonine, ce qui peut perturber l’horloge interne qui régule la somnolence. Cette hormone a également été précédemment associée à la réduction de la croissance des tumeurs du cancer du sein.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI