Les Amish, qui ne se font pas vacciner, souffrent rarement d’autisme, de cancer ou de maladie cardiaque. Pourquoi donc ?

Accueil » News » Les Amish, qui ne se font pas vacciner, souffrent rarement d’autisme, de cancer ou de maladie cardiaque. Pourquoi donc ?

Bien que le lien entre les vaccins et l’autisme ne soit pas un fait nouveau, le simple fait d’en parler peut vous valoir d’être étiqueté comme un « anti-vaccin » ou un fanatique de la santé par les pro-vaccinations qui croient que tous les vaccins sont 100% sûrs et sans effets secondaires. Hors nous savons tous que cela n’est pas tout à fait le cas.

Même si certains vaccins jouent pleinement leurs rôles préventifs contre les maladies pour lesquels ils sont délivrés, les statistiques montrent que nombreux sont les enfants vaccinés qui développent par la suite d’autres conditions de santé liés à ces vaccins.

Les vaccins sont-ils responsables de l’autisme chez les enfants ?

Les statistiques fournis par une récente étude des donnés de la CDC, montrent que les enfants qui reçoivent des vaccins contenant du mercure (listés sous le nom de thimérosal) ont 27 fois plus de risques de développer l’autisme que ceux qui ne les reçoivent pas.

De plus, un autre constat s’impose : c’est que les enfants amish (communauté religieuse anabaptiste présente surtout en Amérique du Nord, vivant de façon simple et à l’écart de la société moderne)qui ne se font presque jamais vacciner, souffrent aussi rarement de l’autisme, comparé aux autres enfants en Amérique.

Pour comprendre pourquoi l’autisme est presque inexistant chez les Amish, considérez que les Amish ont été « coupés » des « progrès » scientifiques et médicaux américains pendant des siècles, ils ont donc été moins exposés aux principaux facteurs déclenchant l’autisme, y compris les vaccins les plus probables.

Heureusement pour les Amish, ils ne s’exposent pas également aux trois des vaccins les plus controversés sur le marché aujourd’hui: l’hépatite B, le VPH (virus du papillome humain) et, bien sûr, le vaccin ROR (vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole).

En réalité, les enfants Amish ne rencontrent pratiquement aucun trouble d’apprentissage. Les Amish ne connaissent pas non plus les maladies typiques des États-Unis comme le cancer, les maladies cardiaques et le diabète.

Cela pourrait être dû au fait qu’ils ne mangent pas de produits OGM, ne prennent pas de produits chimiques ou de vaccins. Certes, aucune agence de réglementation gérée par le gouvernement ne comparera jamais la santé des Amish à celle des non-Amish, mais la réalité parle d’elle-même.

Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI