« Arrêtez de vous mentir Tess, vous êtes obèse et ça va vous tuer »

Accueil » Divers » Histoire inspirante » « Arrêtez de vous mentir Tess, vous êtes obèse et ça va vous tuer »

Piers Morgan, animateur et journaliste britannique, a écrit à une mannequin américaine, Tess Holliday, une lettre dans laquelle il juge sa corpulence dangereuse pour sa santé. Voici ce que dit la lettre.

« Cher Tess,

Nous ne nous connaissons pas.

En fait, je n’avais jamais entendu parler de vous, jusqu’à il y a quelques semaines,

Vous êtes apparu en tant que star de couverture du magazine Cosmopolitan, portant un maillot de bain vert et faisant un bisou sous le titre : « LE CRI D’UN MANNEQUIN ! TESS HOLLIDAY VEUT QUE LES HAINEUX EMBRASSE SON CUL ».

C’était une couverture très frappante, digne d’intérêt, car vous faites 1,60 mètre et pesez plus de 130 Kilos.

En tant que tel, vous êtes une personne souffrant d’obésité morbide. C’est un fait !

L’établissement médical donne cette définition à toute personne qui a un IMC (indice de masse corporelle – le rapport entre la taille d’un individu et son poids) de 40 ou plus.

L’obésité morbide, comme son nom l’indique, est un problème de santé très grave. Ceux qui en sont atteints risquent davantage de contracter le diabète, l’hypertension, les calculs biliaires, l’arthrose, les maladies cardiaques et le cancer.

En d’autres termes, cela peut vous tuer. Pourtant, Cosmopolitan vous a assis dans un trône et a déclaré que vous êtes « un modèle pour ceux qui ont été exclus »

Vous êtes « tout à fait honnête » et vous êtes « tout ce dont l’industrie de la mode a besoin maintenant » ne vous conformez pas à l’étroite norme de la beauté établie par la société.

Votre image corporelle est une image que les gens devraient être dissuadés de célébrer parce que c’est malsain. Dans l’interview, vous avez expliqué pourquoi vous avez lancé votre campagne en ligne avec l’hashtag #effyourbeautystandards :

« Je l’ai créé par frustration. J’étais en colère et triste que les gens aient continué à commenter mes photos en disant : « Tu es trop grosse pour porter ça ! » Ou « Couvre toi ! » Et un soir, j’étais allongé sur mon lit et j’y ai pensé : J’ai donc posté une image avec quatre photos de moi portant des choses que les grosses femmes disent souvent « ne pas pouvoir porter ceci » et encourager les autres à faire de même ».

Je peux coprendre le désir de le faire. Mais vous avez dit : « J’ai atteint le poids le plus lourd de ma vie à présent, et il m’a fallu être ainsi pour finalement m’aimer ».

Désolé, Tess, et je le dis avec beaucoup de respect, mais je ne vous crois pas. Personne, homme ou femme, ne pourrait voir son poids grimper à plus de 130 kilos si sa taille ne dépasse pas les 1,60 mètre et être vraiment heureux.

En ce moment, je pense que vous êtes pris dans une spirale infernale d’auto-illusion dans laquelle votre gloire et votre fortune sont entièrement tributaires de votre obésité morbide.

Vous n’obtenez que la couverture de Cosmo et les interminables apparitions télévisées parce que vous êtes massivement, dangereusement en surpoids et que vous feignez la joie.

Les éditeurs et les producteurs qui vous versent de grosses sommes d’argent pour améliorer votre obésité morbide vous exploitent avec cynisme.

Moi non plus je n’ai pas un corps parfait. Je fais 1,85 mètre et pèse environ 97 kilos.

Mon médecin dit que je suis raisonnablement en forme pour un homme de 53 ans, mais il aimerait bien me voir sous la barre des 90 kilos. Et moi aussi.

C’est pourquoi je travaille trois ou quatre fois par semaine et que je fais plus attention à ce que je mange et à ce que je bois.

Contrairement à vous, quand je vois une grosse photo de moi, je ne me réjouis pas, je frémis. Perdre du poids n’est pas facile. Mais la première étape est l’honnêteté brutale.

En Grande-Bretagne, un politicien bien connu, Tom Watson, vient de révéler qu’il a perdu plus de 45 kilos l’an dernier en éliminant beaucoup de choses qu’il aime (le sucre, le pain, le fromage, la bière, etc.)

Il a en fait inversé son diabète de type 2. En 2015, on diagnostiquait cette maladie qui l’obligeait à prendre des mesures radicales pour changer son mode de vie.

« L’émotion écrasante était la honte », disait-il. « Je me suis senti effrayé et honteux d’être arrivé à ce point et coupable ». « Pendant un an ou deux, j’étais dans le déni. Ensuite, j’ai commencé à lire beaucoup plus et j’ai réalisé que si je réduisais mon poids, cela affecterait mon niveau d’insuline et ma tension artérielle ».

Il admet que ses premières séances d’entraînement étaient « humiliantes et pathétiques ». Mais il y est resté et a commencé à perdre du poids. Il se sentait mieux avec beaucoup plus d’énergie pour jouer avec ses enfants.

Aujourd’hui, il dit : « Chaque jour, je me réveille plus heureux et plus détendu et plus lucide ».

Je le crois. Vous devriez le croire aussi et cesser de croire vos facilitateurs.Plus important encore, arrêtez de vous mentir, Tess.

Vous avez deux jeunes fils ; l’un a 13 ans, l’autre juste deux ans. Ils ont besoin de leur maman dans leur vie.

Désolé si cela semble dur, mais c’est la vérité et il est temps d’y faire face. Vous avez posté une photo sur Instagram à moitié nu pour vos, 1,7 million de followers.

Vous avez écrit les mots suivants : « @lizzobeeating m’a dit de capturer cette photo « Bordel… ça a l’air bien ».

L’ami qui vous a dit d’écrire cette légende est la rappeuse de taille XXL, Lizzo, qui vous a sans doute encouragé à la poster quand elle l’a vu.

Mais quand j’ai vu votre photo, qui est vite devenue virale sur Twitter, mon cœur a sombré.

« C’est très triste. Elle a désespérément besoin de meilleurs amis, qui vont être plus honnêtes avec elle et expliquer qu’elle est dangereusement en surpoids et qu’elle doit faire quelque chose pour y remédier ». C’est ce que j’ai tweeté.

Vous avez répondu : « Les deux dernières semaines, vous avez été obsédé par moi. J’ai l’impression que vous aimez plus les filles minces et que vous avez trop peur de l’admettre ».

OK, d’abord, j’adore les femmes de toutes formes et de toutes tailles. Deuxièmement, je ne suis pas obsédé par vous, je m’inquiète pour vous.

Nous pouvons continuer à nous faire entendre sur Twitter et alimenter la prétendue « querelle » entre nous.

Mais finalement, je ne vous critique pas pour un peu de plaisir sur les réseaux sociaux ou pour marquer quelques points bon marché à vos frais.

Je le fais parce que je sens sincèrement que vous faites la promotion d’un message très dangereux, et parce que je crains vraiment que votre propre vie ne soit en danger si vous continuez dans cette voie.

Si vos propres amis vous disent que vous avez l’air « sacrément bien » sur une photo qui est évidemment très peu flatteuse, alors, comme je l’ai dit, vous avez besoin de meilleurs amis.

Un vrai ami vous dirait ce que je vous dis.

Tess, la chose la plus inspirante que vous puissiez faire en ce moment est de commencer à perdre du poids, pas à en prendre.

Imaginez quel message puissant il enverrait aux millions d’autres Américains souffrant d’obésité morbide si vous pouviez faire ce que Tom Watson a fait ?

L’essentiel est qu’il n’y a rien de puissant ou d’inspirant à propos d’une personne de d’1,60 mètre qui brise la balance des 130 kilos.

C’est juste un chemin garanti vers la maladie, la misère et la mort possible.

Donc, je vous exhorte à cesser de faire semblant que votre corps rayonne une grande « image positive » au monde.

Réveillez-vous, formez-vous et soyez le modèle génial que vous POUVEZ être si vous cessez d’écouter ces imbéciles qui veulent célébrer votre obésité morbide.

Vous pouvez le faire et je serai le premier à saluer et à vous féliciter si vous le faites.

Bien Cordialement

Piers

Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI