Avis pour les Parents : 4 phrases à prononcer à un enfant qui vous fait le chantage affectif !

Accueil » Psycho & Couple » Psychologie » Avis pour les Parents : 4 phrases à prononcer à un enfant qui vous fait le chantage affectif !

Parfois, vos enfants vont adopter un comportement inacceptable auquel vous allez céder sans trop faire attention. Il veut une sucrerie que vous refusez d’acheter mais il continue de la réclamer en pleurant sans cesse, ce qui vous pousse à accepter de la lui acheter ! Sachez que vous ne lui rendez pas service en cédant, mais vous lui compliquez le logiciel relationnel … Reprenez donc le contrôle !

Ce genre de comportement est certes très récurent chez les enfants de bas âge, mais y répondre ne fait souvent qu’aggraver l’état des choses. L’enfant trouve une méthode d’obtenir tout ce qu’il veut et commence à croire qu’il a un moyen de faire pression sur vous. Mais vous devez tout faire pour ne pas le gâter et pour contrer son comportement. Et voici une petite histoire et une mis en scène de ce que vous devez faire dans ce genre de cas.

 La petite histoire d’une enfant gâtée … Pour donner l’exemple !

J’étais à l’épicerie la semaine dernière, écoutant une multitude de bips émis par les scanners, quand un nouveau son m’a retenu les oreilles. C’était une petite fille d’âge préscolaire, pleurnichant et réclamant une de ces ventouses de biberon avec le sucre à l’intérieur. Elle voulait la saveur de cerise.

« Maman, je peux avoir ça ? », Réclama la petite fille avec insistance.

« Non, chérie, » sourit la mère.

«Mais maman, je n’en ai pas ».

«Nous avons beaucoup de bonbons à la maison», a rappelé la mère.

« Mais je n’ai pas celui-ci. »

« J’ai dit non, » répondit la mère en regardant un magazine people.

N’ayant pas de chance de briser sa mère avec des gémissements, la petite fille a augmenté le ton de sa demande. Son visage devint rouge et des paroles sur l’injustice et la bassesse émergent de sa bouche.

Et puis sa prochaine stratégie est de : Pleurer. Entre ses cris et ses paroles, elle prononça des haltes d’air, purement pour l’effet.

«Mets-le dans le chariot,» répondit la mère. – Mais tu ne peux pas l’avoir avant le dîner.

«Puis-je avoir une bouchée dans la voiture ?», Demanda la petite fille.

« Nous en parlerons quand nous serons dans la voiture. »

Les larmes de la petite fille se tournèrent vers le sourire en moins d’une minute et son regard c’est directement posé sur l’objet de ses désirs.

Je suis loin d’être un parent parfait, mais je crains le sort auquel cette mère sera vouée. Elle a échangé une colère et de la mauvaise humeur avec un caprice, elle a marchandé son calme avec son enfant. Et le plus triste, c’est que ça ne doit pas être ainsi.

La prochaine fois que votre enfant vous joue ce tour, vous devez vous prendre en charge, être un parent strict et surtout être cohérent. Découvrez comment on le devient justement dans la seconde partie de cet article …

Voici 4 techniques pour contrer un comportement malsain de votre enfant :

Si tu dis non, tu ferais mieux de le redire. En changeant d’avis, votre enfant a gagné plus qu’un morceau de bonbon; Il a acquis la connaissance que vous pouvez être décomposé plus facile qu’une boîte en carton. Vous ne supportez pas de le voir pleurer !

Amusez-vous à pratiquer ces phrases avec votre enfant :

#1-  » Tu as demandé, j’ai répondu  » :

Bien que j’utilise les quatre ci-dessous, j’utilise celui-ci 10 fois. Rejouons le scénario ci-dessus.

Enfant : « Maman, je peux avoir ça ? »

Mère : Non, chéri.

Enfant : « Mais maman, je n’en ai pas. »

Mère :  » Tu as demandé, j’ai répondu. »

Enfant : « Vous ne me prenez jamais rien. »

Mère :  » Tu as demandé, j’ai répondu. »

Si l’enfant s’en tient à elle, vous devenez un robot, en disant la même phrase à plusieurs reprises.

#2- « J’ai fini de discuter de cela » :

Enfant : «Ashlyn peut-elle passer la nuit?

Mère : Non, elle vient de passer la nuit ici la semaine dernière.

Enfant : « S’il vous plaît? »

Mère : « Je ne discute plus de ça. »

Enfant : « Mais … »

Puis pas de mots. Souriez agréablement, inclinez votre tête vers la droite, regardez le dans les yeux et ne dites plus un mot. Passez à autre chose.

#3-  » Cette conversation est terminée  » :

Enfant : « Puis-je faire un tour à bicyclette? »

Mère : Non, il pleut dehors.

Enfant : « Mais je vais porter mon manteau de pluie et c’est seulement arroser. »

Mère : « Cette conversation est terminée. »

Enfant : « Mais s’il te plaiiiiiiiit? »

Mère :  » terminée j’ai dit. »

Rappelez-vous, vous êtes un rocher.

#4  » Ne parle plus de ça  » :

Enfant : « Je veux ces chaussures. »

Mère : Non, ça coûte trop cher.

Enfant : « Mais je n’aime pas ceux -ci. »

Mère : « tu aura les chaussures dans le chariot point final. Ne parle plus de ça.

Enfant : « J’en ai besoin! »

Mère : « Tu en parle encore. Pas de dessert ce soir.  »

Enfant : « mais maman… »

Mère : « C’est la télé que tu risque cette fois  »

Oui, vous allez avoir plus de pleurs avec cette réponse, mais n’oubliez pas: faire comprendre à votre enfant que c’est une affaire de marathon, pas de sprint. Son acte de violence sera contrer par l’indifférence et la patience.

Voici la conversation que j’ai eue avec ma fille, Charlotte, pendant que j’écrivais un article :

Voici une histoire de réussite: Après de nombreuses utilisations de ces phrases avec mon enfant de 4 ans, je récolte les avantages tous les jours sans larmes ou de lutte.

Charlotte : « Puis-je avoir un biscuit ? »

Moi : « Oui, tu peut en avoir un. »

Charlotte : « Puis-je avoir un autre biscuit ? »

Moi : « Oui, tu peut en avoir un autre. »

Charlotte : « Puis-je avoir trois ? »

Moi : « Cette conversation est terminée. »

Charlotte : « OK, je vais le briser en deux afin que je puisse avoir trois. »

Bien sûr, je vois une certaine agressivité passive dans ce dernier commentaire, mais j’ai quand même gagné la bataille. Elle a heureusement mangé son biscuit et j’ai heureusement continué à taper sur mon ordinateur.

Enregistrer

Enregistrer

Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI