Xanax, Lexomil, Lysanxia, Valium, lorazépam, Myolastan, ces médicaments qui rétrécissent le cerveau !

Accueil » News » Xanax, Lexomil, Lysanxia, Valium, lorazépam, Myolastan, ces médicaments qui rétrécissent le cerveau !

Notre vie est faite de telle sorte que nous sommes confrontés à des pressions parfois très intenses tout au long de la journée. Nous faisons face aux exigences professionnelles d’une part,  aux pressions scolaires d’autre part, voir aussi les problèmes familiaux et bien d’autres soucis. Tout ceci devient très stressant.

Dans ces genres de situations, les médecins que nous partons consulter, prescrivent généralement des médicaments appelés benzodiazépines. Il s’agit des Xanax, Lexomil, Lysanxia, Valium, lorazépam, Myolastan… Mais, ces médicaments ne sont pas aussi bienfaisants qu’on le pense très souvent.

Les benzodiazépines :

Les benzodiazépines  sont des médicaments formés d’un cycle benzénique fusionné à un cycle diazépine. Ils font partie de la catégorie des sédatifs hypnotiques anxiolytiques, utilisés dans le traitement médical de l’anxiété, de l’insomnie, de l’agitation psychomotrice, des convulsions, des spasmes.

Les benzodiazépines font l’objet d’énorme scandale suite à la découverte des effets secondaires qu’ils peuvent avoir sur le cerveau humain. Ce scandale ne date pas d’aujourd’hui. Vers les années 1980, le professeur Malcolm Lader, chercheur de renom dans le domaine de la psychiatrie, avait constaté un rétrécissement de cerveaux chez certains patients qui prenaient les benzodiazépines.

Suite à ses déclarations, la Medical Research Council (MRC), avait annoncé qu’il allait faire des recherches approfondies sur ces médicaments afin de déterminer leurs impacts à long terme. Mais il n’y a jamais eu de suite à cette annonce. La MRC a d’ailleurs rejeté une seconde proposition de la part de Heather Ashton, professeur émérite de psychopharmacologie clinique.

Quatre ans après la proposition du  Pr Lader, Ashton avait formulé une demande à la MRC d’étudier le lien entre la consommation de « benzos » et les dommages permanents induits sur le cerveau. La MRC n’a jamais donné de suite à sa demande. Dès lors, aucun test officiel de toxicité n’a pu être réalisé sur ces médicaments, qui continuent  d’être  vendus dans toutes les pharmacies sans aucune restriction. Cependant, plusieurs chercheurs sont décidés à mettre en lumière les effets néfastes des benzodiazépines. Ils bénéficient de l’aide  de certains parlementaires ainsi que des avocats pour dénoncer les méfaits de ces médicaments.

Voici les effets que peuvent avoir les benzodiazépines sur le cerveau humain:

Voir la page suivante

Likez et Partagez cet article sur Facebook
Page suivante
VOUS AIMEREZ AUSSI