Le cannabis protège contre les dommages cérébraux … C’est prouvé Scientifiquement !

Accueil » News » Le cannabis protège contre les dommages cérébraux … C’est prouvé Scientifiquement !

La science soutient l’efficacité du cannabis pour le traitement des dommages cérébraux :

En effet, le cannabis contient un composé principal, appelé cannabidiol, ou CBD, un anti-inflammatoire extrait de la plante du Cannabis.  Selon Lester Grinspoon, professeur émérite à Harvard, et l’un des premiers chercheurs sur le cannabis, la cannabidol pourrait potentiellement aider les joueurs à faire face à une des questions les plus urgentes : les commotions cérébrales. Le CBD s’est montré efficace comme neuroprotecteur, avec une prise 1 heure ou 2 avant de jouer.

Par ailleurs, plusieurs études scientifiques récentes attestent de l’efficacité du cannabis à traiter les problèmes cérébraux :

Des chercheurs de l’Université de Tel Aviv en Israël ont récemment publié une étude sur le cannabis dans le Journal of Neuroscience Research. Leurs résultats indiquent que de faibles doses de cannabinoïdes, en particulier le tétrahydrocannabinol à ultra-faible dose (THC), exerce un effet protecteur contre les déficits cognitifs de l’inflammation cérébrale.

Le cannabis protège-t-il vraiment le cerveau ?

L’objectif des chercheurs israéliens, dirigé par Miriam Fishbein-Kaminietsky, PhD, était de découvrir si le THC à faible dose pouvait protéger le cerveau des déficits cognitifs après une inflammation cérébrale induite par un laboratoire. Les chercheurs ont décidé de faire une étude de laboratoire avec des souris auxquelles ils ont injecté «10 mg / kg de lipopolysccharide (LPS)», connu pour causer une inflammation du cerveau.

De plus, les souris ont reçu une injection de « 0,002 mg / kg de THC soit 48 heures avant le traitement par LPS soit 1-7 jours après le traitement par LPS ». La raison derrière ce protocole était de déterminer si la dose de THC pourrait protéger le cerveau de souris De l’inflammation cérébrale induite. Trois semaines après les injections, les souris ont été testées.

Fishbein-Kaminietsky, l’un des responsables de l’étude a alors déclaré concernant les  résultats de l’étude, qu’ «une dose ultra-basse de THC protège le cerveau contre les dommages cognitifs induits par neuroinflammation ».

Une étude antérieure du Brésil a aussi indiqué que le cannabidiol (CBD) «pourrait aider à conjurer la mort des cellules neuronales face à la neurodégradation». D’autres recherches antérieures ont démontré qu’une « dose ultra-faible de THC (0,002 mg / kg) » protège le cerveau contre les déficits cognitifs qui causeraient ordinairement une inflammation cérébrale.

Page précédente
Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI