C’est historique ! Le Canada est maintenant le plus grand marché de marijuana légal au monde

Accueil » News » C’est historique ! Le Canada est maintenant le plus grand marché de marijuana légal au monde

Comme l’indique le titre, le Canada est maintenant le premier pays du G7 et le plus grand pays avec un marché national légal de la marijuana dans le monde, puisque les ventes ont commencé aujourd’hui le 17 octobre à Terre-Neuve.

Et il y avait d’autres bonnes nouvelles pour les passionnés du cannabis : quelques heures avant l’ouverture d’une poignée de points de vente dans la province la plus à l’est du pays, un responsable fédéral a déclaré à l’Associated Press que le Canada pardonnerait à tous ceux qui ont été condamnés pour possession de 30 grammes de marijuana, désormais classé seuil légal.

Une annonce officielle était prévue pour plus tard ce mercredi 17 octobre. L’officiel, qui n’était pas autorisé à parler en public avant l’annonce, a déclaré que ceux qui veulent profiter du pardon devront postuler.

Le Canada consomme de la marijuana à des fins médicale depuis 2001 et le gouvernement du premier ministre Justin Trudeau travaille depuis deux ans à l’élargir à la marijuana dite récréative. L’objectif est de mieux refléter l’opinion changeante de la société sur la marijuana et d’intégrer les opérateurs du marché noir dans un système réglementé.

L’Uruguay a été le premier pays à légaliser la marijuana.

Tom Clarke, vendeur de cannabis illégal depuis trois décennies, a été l’un des premiers à effectuer une vente légale au Canada lorsque son magasin a ouvert le 17 octobre à minuit, heure locale, à Portugal Cove, à Terre-Neuve. Il a fait sa première vente à son père et une file d’attente d’environ 50 à 100 personnes attendait devant son magasin.

« C’est génial. J’ai attendu cela toute ma vie. J’ai servi mon père », a déclaré Clarke. « Je suis tellement heureux de vivre au Canada maintenant plutôt que de partir au sud de la frontière. »

Clarke, dont le deuxième prénom est Herb, est appelé THC depuis des années par ses amis. Son père, Don, s’est dit ravi d’être parmi les premiers clients de la marijuana légale.

« Cela fait longtemps que nous venons. Nous discutons de cela depuis 50 ans. Mieux vaut tard que jamais », a-t-il déclaré.

Dans les environs de St. John’s, à Terre-Neuve, des centaines de clients étaient alignés autour du pâté de maisons du magasin privé de Water Street, la principale artère commerciale de la capitale de la province, à minuit.

Une atmosphère de fête a éclaté.

Certains clients se sont allumés sur le trottoir et les automobilistes se sont mis à klaxonner en signe de soutien alors qu’ils passaient devant la foule. Ian Power, qui était en première ligne, a déclaré qu’il envisageait d’encadrer son achat.

Les magasins de cannabis font partie des quelque 111 qui devraient ouvrir dans le pays ce mercredi, de nombreux autres sont à venir, selon un sondage réalisé par Associated Press dans les provinces.

Les Canadiens peuvent également commander des produits de marijuana sur des sites Web gérés par des provinces ou des détaillants privés et les faire livrer à leur domicile par la poste.

L’Alberta et le Québec ont fixé l’âge minimum d’achat à 18 ans, alors que d’autres l’ont fixé à 19.

Aucun magasin n’ouvrira en Ontario, y compris Toronto.

La province la plus peuplée travaille sur sa réglementation et ne prévoit pas de magasins avant le printemps prochain.

Ryan Bose, 48 ans, chauffeur Lyft à Toronto, a déclaré qu’il était presque temps. « L’alcool a pris mon grand-père et son fils le plus jeune, et weed ne m’a jamais pris personne », a-t-il déclaré.

Un long débat sur la réglementation s’est répandu au Canada, chaque province adoptant sa propre approche dans le cadre défini par le gouvernement fédéral. Certains exploitent des magasins gérés par le gouvernement, d’autres autorisent des détaillants privés, d’autres les deux.

L’approche nationale du Canada a permis des transactions bancaires sans entrave, des envois de cannabis entre provinces et des milliards de dollars d’investissement – un contraste frappant avec la prohibition nationale aux États-Unis.

Neuf États américains ont légalisé l’utilisation récréative de la marijuana et plus de 30 ont approuvé la marijuana à des fins médicales. La Californie, le plus grand marché légal des États-Unis, est devenue au début de ce mois le premier État doté d’une loi exigeant l’annulation des condamnations pénales pour des infractions liées à la marijuana qui ne sont plus illégales.

Le sénateur démocrate Ron Wyden de l’Oregon a déclaré qu’il était temps que le gouvernement américain suive l’exemple du Canada.

« Maintenant que notre voisin du Nord ouvre son marché légal du cannabis, plus nous tardons, plus nous perdons des opportunités économiques potentiellement importantes pour l’Oregon et d’autres États du pays », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Les Douanes et la Protection des frontières des États-Unis ont invité les médias canadiens à une téléconférence mardi afin de réitérer que la marijuana restait illégale en vertu de la loi fédérale américaine et que ceux qui sont pris à la frontière avec de la marijuana sont passibles d’arrestation et de poursuites.

Comme le Canada se réjouit de la légalisation, des pénuries d’approvisionnement pourraient se développer, comme ce fut le cas dans certains États américains lorsque la légalisation est arrivée.

Trevor Fencott, directeur général de Fire and Flower, a déclaré que sa société compte 15 magasins dotés du personnel suffisant pour vendre de la marijuana, mais que la province n’a fourni que suffisamment de produits pour en ouvrir trois mercredi.

« Nous sommes conscients de certains des problèmes de croissance liés à la création d’une industrie en plein tissu en 24 mois », a déclaré Fencott.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI