À Lire! Le manque d’exposition au SOLEIL affecte votre santé mentale selon les chercheurs.

Accueil » News » À Lire! Le manque d’exposition au SOLEIL affecte votre santé mentale selon les chercheurs.

Ces études révèlent comment la lumière du soleil affecte votre santé mentale :

Le Dr Mark Beecher, professeur de psychologie à l’université Brigham Young, s’est montré déterminé à vouloir découvrir comment la durée de la lumière du soleil (c’est-à-dire du lever au coucher du soleil) affecte la santé mentale.

Les Questions posées: La lumière du soleil serait-elle plus percutante que la pluie? Les nuages? La pollution? La Température? A quel point donc? Est-il possible d’associer tout autre facteur environnemental à un problème de santé mentale défavorable?

L’étude :

Selon les explications de l’équipe de chercheurs « leur étude visait à examiner une gamme de phénomènes climatiques et atmosphériques et leur association avec des données de santé mentale limités dans le temps. »

Pour examiner cette association, le Dr Beecher et son équipe ont étudié et d’analysé les informations et les données suivantes du Centre de conseil et de services psychologiques de l’université Brigham Young:

  • Les données archivées de traitement de la santé mentale de 16,452 étudiants adultes.
  • 6 ans de « mesures de thérapie  de détresse» à travers 19 variables météorologiques/pollution (l’amplitude des phénomènes météorologiques et atmosphériques).
  • Les données de conditions météorologiques au cours de chacune des  16 000 visites.

Probablement, l’information la plus importante utilisée dans l’étude était les questionnaires de santé mentale que chaque étudiant devait remplir avant chaque visite. Les questionnaires ont été conçus pour évaluer l’état mental de l’étudiant selon le jour.

Ainsi, Beecher et son équipe ont comparé les dates de chaque questionnaire avec des données météorologiques détaillées de l’heure et la date de visite de chaque étudiant. (Par exemple, si un étudiant a visité un thérapeute à midi le lundi 15, Beecher extrait des données météorologiques détaillées pour le lundi 15  à midi).

Résultats :

Plusieurs observations clés ont été faites au cours de l’étude. Parmi les données analysées figuraient 19 facteurs environnementaux, y compris les variables qui ont été attribués à des changements de tempérament tels que les précipitations, la température, le refroidissement éolien, et la couverture nuageuse.

Tout d’ abord, les changements saisonniers du temps du soleil (à savoir la durée du lever au coucher du soleil) avait une forte corrélation avec les états émotionnels et mentaux décrits par les étudiants à propos d’eux même. En second lieu, la relation entre le temps du soleil et des conditions de santé mentale indésirables (par exemple l’anxiété et la dépression) est plus forte que toute autre variable météorologue ou environnemental.

Enfin de compte, de tous les 19 facteurs environnementaux étudiés, aucun n’a montré une corrélation notable avec les niveaux accrus de détresse émotionnelle. Cette tendance est demeurée constante tout au long de l’étude, à condition que le temps de la lumière solaire adéquat fût présent.

Page précédente
Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI