La CHIMIOTHÉRAPIE pourrait propager le cancer et déclencher des tumeurs plus agressives, avertissent les scientifiques !

Accueil » News » La CHIMIOTHÉRAPIE pourrait propager le cancer et déclencher des tumeurs plus agressives, avertissent les scientifiques !

Une nouvelle étude  menée par une équipe de chercheurs de l’Albert Einstein College of Medicine suggère que la chimiothérapie pourrait permettre au cancer de se propager, et même déclencher des tumeurs plus agressives chez les malades de cancer du sein…

Les chercheurs ont étudié l’impact des médicaments sur les patients atteints de cancer du sein et ont constaté que les médicaments qu’elles prenaient augmentaient le risque de cellules cancéreuses migrant vers d’autres parties du corps, où ils sont presque toujours mortels.

La chimio et la propagation des cellules cancéreuses :

Environ 55 000 femmes sont diagnostiquées avec un cancer du sein en Grande-Bretagne chaque année et 11 000 meurent de leur maladie. Ce qui en fait l’un des cancers les plus meurtriers dans cette nation, et même dans le reste du monde.

La chimiothérapie pourrait propager le cancer et déclencher des tumeurs plus agressives, avertissent les scientifiques !

Beaucoup  de patients sont soumis à des traitements de chimiothérapie administrée avant l’opération. Mais la nouvelle recherche suggère que, même si elle réduit les tumeurs à court terme, la chiothérapie pourrait déclencher la propagation des cellules cancéreuses dans le corps.

Les chercheurs pensent que les médicaments toxiques commutent un mécanisme de réparation dans le corps qui permet finalement aux tumeurs de redevenir encore plus fort. Ils augmenteraient également le nombre « d’ouvertures» sur les vaisseaux sanguins qui permettent au cancer de se propager dans tout le corps.

Faut-il abandonner la chimiothérapie ?

LIRE AUSSI:  Comment les revenus de l’état peuvent lutter contre l'épidémie d'opioïdes ...

Le George Karagiannis, du Albert Einstein College of Medicine de l’Université Yeshiva, New York, affirment avoir découvert au cours de l’étude que le nombre « d’ouvertures » s’est augmenté chez 20 patients recevant deux médicaments de chimiothérapie communs.

De plus avec des études antérieures, il a également découvert que chez les souris, la chimiothérapie du cancer du sein a augmenté le nombre de cellules cancéreuses circulant dans le corps et dans les poumons.

Quand au Dr Karagianni, il dit que les femmes doivent être surveillées pendant les traitements de  chimiothérapie, cela afin de vérifier si le cancer commence à se rependre et  si les ouvertures étaient en train d’émerger. « Une approche serait d’obtenir une petite quantité de tissu tumoral après quelques doses de chimiothérapie préopératoire », a-t-il dit.

« Si l’on observe que les scores des marqueurs augmentent, nous recommandons l’arrêt de chimio et la tenue d’une première intervention chirurgicale, suivie de chimio postopératoire. Nous prévoyons actuellement des essais plus étendus pour répondre à la question ».

« Dans cette étude, nous avons seulement étudié la diffusion des cellules cancéreuses induite par la chimiothérapie dans le cancer du sein. Nous travaillons actuellement sur d’autres types de cancer pour voir si des effets similaires sont induits ».

L’étude a été publiée dans la revue Science Translational Medicine.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI