Les chirurgiens admettent que la mammographie est dépassée et qu’elle serait même nuisible aux femmes

Accueil » News » Les chirurgiens admettent que la mammographie est dépassée et qu’elle serait même nuisible aux femmes

Chaque année, des millions de femmes affluent vers leur médecin pour passer leurs mammographies annuelles, une procédure de dépistage du cancer du sein qui consiste à presser les seins d’une femme entre deux plates-formes métalliques pour détecter les tumeurs.

Mais les chirurgiens du monde entier commencent à s’interroger sur la pratique controversée qui, selon les études, n’est même pas un outil de dépistage efficace, et est en fait néfaste pour le corps des femmes qui subissent cette procédure.

Voici pourquoi :

Le public (les femmes) est poussé à croire que la mammographie est le seul moyen de détecter rapidement le cancer du sein, mais un examen de huit essais scientifiques de la mammographie a révélé que la procédure n’est ni efficace ni sûre.

Après avoir examiné les données de plus de 600 000 femmes âgées de 39 à 74 ans qui ont subi l’intervention de façon routinière, les chercheurs ont constaté que de nombreuses femmes étaient mal diagnostiquées. Par conséquent, beaucoup de ces femmes sont maltraitées par la chimiothérapie.

Comme publié dans la base de données des revues systématiques Cochrane, la revue a conclu que la mammographie cause plus de tort que de bien, car beaucoup plus de femmes finissent par être mal diagnostiquées et maltraitées que celles qui évitent réellement le cancer du sein en phase terminale.

Ainsi, la procédure connue sous le nom de mammographie est un fléau dépassé qui fait partie des livres d’histoire des traitements médicaux ratés, et qui n’est pas à la pointe de la médecine féminine.

« Si nous supposons que le dépistage réduit la mortalité par cancer du sein de 15% et que le sur-diagnostique et le traitement excessif est de 30%, cela signifie que pour 2000 femmes invitées au dépistage pendant 10 ans, seulement une femme évitera le cancer du sein et 10 femmes saines, qui  n’auraient pas été diagnostiqués s’il n’y avait pas eu de dépistage, seront traités inutilement », concluent les auteurs.

Likez et Partagez cet article sur Facebook

VOUS AIMEREZ AUSSI