Chocolat et santé cardiovasculaire : Les scientifiques de Harvard révèlent ce qui arrive au cœur à la consommation du chocolat.

Accueil » Santé » Maladies & douleurs » Maladies cardiovasculaires » Chocolat et santé cardiovasculaire : Les scientifiques de Harvard révèlent ce qui arrive au cœur à la consommation du chocolat.

Manger jusqu’à 6 barres de chocolat par semaine pourrait réduire de 25% le risque d’une affection cardiaque potentiellement fatale, selon une étude de l’Université de Harvard.

Les recherches menées auprès de 50.000 personnes ont permis de constater des liens solides entre l’alimentation et le risque de palpitations cardiaques.

Péché gourmand, péché sain !

La plus forte association a été trouvée chez les hommes qui mangeaient entre deux à six portions de chocolat par semaine.

a-chocolate-muffin-with-a-red-heart_1440x900

Ceux-ci avaient diminué de 23% le risque de développer une fibrillation auriculaire, par rapport aux personnes qui évitaient ces friandises.

Chez les femmes, l’effet était lié à la consommation d’une seule portion par semaine, ce qui correspond à un risque inférieur de 21%.

Plus de 1,5 million de personnes au Royaume-Uni souffrent de fibrillation auriculaire. Cette maladie double le risque de mourir d’autres affections cardiaques, y compris les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques et l’insuffisance cardiaque.

Le chocolat a déjà été lié à d’autres aspects de la santé cardiaque. On pense qu’il peut avoir un effet anti-inflammatoire, car il est riche en flavonoïdes.

LIRE AUSSI:  Un Enfant se fait opérer au Cœur avec l'Assistance d'un Robot Chirurgien ... Une première en Belgique !!

Le Docteur Gavin Sandercock, directeur de thèse en physiologie clinique de l’Université d’Essex, a déclaré que le groupe qui mange le moins de chocolat, était beaucoup moins sain que tous les autres, ce qui rendait les comparaisons trompeuses.

« Ils ont eu la pression artérielle la plus élevée, étaient les plus susceptibles d’avoir une hypertension, plus susceptibles d’avoir un taux de cholestérol élevé et étaient deux fois plus susceptibles d’avoir une maladie cardiaque », a-t-il déclaré.

« Ils étaient plus gros que tous les autres groupes même s’ils consommaient moins de calories. C’était le groupe le plus malsain de toute l’étude », ajoute-t-il.

La différence entre les sexes de l’étude s’explique par le fait que l’homme moyen est capable de consommer plus de calories quotidiennes sans prendre de poids, contrairement aux femmes.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI