Le «CIMAvax » permet-il vraiment de soigner des cancers du poumon ?

Accueil » News » Le «CIMAvax » permet-il vraiment de soigner des cancers du poumon ?

Le vaccin CIMAvax-EGF est un traitement contre le cancer du poumon développé à Cuba et qui fait actuellement l’objet de tests cliniques aux Etats-Unis, au centre Roswell Park.

Il s’agit là d’un type d’immunothérapie qui exploite le système immunitaire pour combattre le cancer du poumon.

Tout savoir sur le CIMAvax :

Depuis quelques jours , le nom de ce vaccin «CIMAvax » ne cesse de faire le tour de l’internet, avec des gros titres employés par certains sites pour le décrire.

Le «CIMAvax » : Le vaccin cubain qui a soigné des milliers de patients atteints de cancer du poumon ?

Le vaccin est devenu viral, mais il y a beaucoup d’informations qui circulent à son propos, dont certains sont vraies et d’autres fausses.

La vérité c’est que des chercheurs du Centre d’immunologie moléculaire de Cuba ont mis au point et approuvé un traitement anticancéreux immunologique qui améliore la capacité de survie de certains types de cancer dans certains cas.

C’est ainsi qu’à partir de Janvier 2017, le vaccin « CIMAvax » a commencé des essais cliniques pour le traitement aux États-Unis. Bien qu’il ne soit pas un vaccin au sens préventif, il améliore la capacité de survie dans certains cas.

Les affirmations selon lesquelles il a guéri des milliers de personnes sont-elles fondées ?

Sur de nombreux sites d’information, on parle du cas de millier des personnes qui ont été guéri du cancer par le vaccin. Ces sites confondent le nombre total de personnes qui ont été traitées avec ceux qui ont été réellement «guéris».

LIRE AUSSI:  Il a divorcé de sa femme après avoir remarqué CECI sur sa photo...

Le médicament, initialement développé par le ministère cubain de la Santé publique dans les années 1990, a fait l’objet de plusieurs essais cliniques sur des animaux et des humains à Cuba.

L’essai cubain le plus récent, une étude de phase III portant sur 405 personnes atteintes de ce type de cancer du poumon, a conclu que les patients recevant au moins 4 doses du vaccin […] avaient un avantage significatif sur la survie globale.

Comme expliqué par détaille le centre d’immunologie moléculaire cubain, le vaccin induit « une réponse immune par des anticorps générés par le patient lui-même. Ces anticorps s’unissent au facteur de croissance épidermique (EGF) et inhibent l’union au récepteur (EGFR). Par conséquent, ils désactivent les mécanismes de prolifération cellulaire dans les cellules tumorales, dépendante de ce système EGF/EGFR. »

Le vaccin qui est en attente d’être autorisé aux Etats Unis, est déjà disponible dans 4 autres pays en dehors de Cuba, soit au Pérou, au Paraguay, en Colombie et en Bosnie-Herzégovine.

Likez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI