Il couche avec sa petite amie morte pensant que ça va la ressusciter !

Accueil » News » Il couche avec sa petite amie morte pensant que ça va la ressusciter !

Quand vous êtes des habitués des tribunaux, il se peut que vous ayez déjà entendu toute sorte d’histoires étonnantes. Mais, celle-ci s’avère encore plus surprenante.

Cet événement étrange s’est produit dans un tribunal du Connecticut quand un homme a plaidé coupable à un crime : Il a déclaré aux autorités qu’il avait eu des rapports sexuels avec sa petite amie morte afin de la ressusciter.

Le récit de l’histoire :

Tout a commencé avec l’appel qu’a reçu la police de Willimantic au sujet d’une femme qui ne répondait pas aux appels de chez elle.

Il couche avec sa petite amie morte pensant que ça va la ressusciter !

Quand la police est arrivée sur les lieux, ils ont trouvé la femme et un tas d’aiguilles d’héroïne près d’elle.

Ils ont essayé de la ranimer à plusieurs reprises, mais c’était sans résultat. La femme en question était la petite amie d’Aaron Graser, homme âgé de 39 ans, mis aux arrêts après qu’un détective ait remarqué des traces de ligatures sur les poignets et les chevilles de la femme.

Selon les notes du mandat d’arrêt, « Aaron a déclaré qu’il a allongé la victime sur le lit pour masser son sternum. Ensuite, il a déclaré avoir écouté les battements du cœur pour voir si la victime respirait et il a l’entendu gargouiller. Et puisqu’il savait que la victime détestait avoir des relations sexuelles avec lui, il pensait qu’elle pourrait se réveiller s’il couchait avec elle ».

Voici la peine qu’a reçue Garner pour son acte :

Quand il a été interrogé sur les marques de ligature, Graser a admis aux détectives qu’il lui a attaché les poignets et les chevilles parce que c’était son « fétichisme ». Il a dit aux détectives qu’après avoir fini (de coucher avec la victime), il l’a détachée, a remis son pantalon et a ensuite appelé son voisin qui était un ancien ambulancier paramédical.

L’ancien ambulancier a dit aux détectives qu’elle croyait que la femme était morte depuis au moins deux heures. L’autopsie a confirmé que la femme était morte quand Graser a eu des rapports sexuels avec elle. Si sa petite amie avait été vivante quand elle était attachée, elle aurait eu des ecchymoses sous la peau.

Le jugement :

Initialement, Graser a été accusé d’agression sexuelle au deuxième degré, mais il a ensuite plaidé coupable en échange d’une réduction de peine pour une agression sexuelle au quatrième degré sur un cadavre.

Selon le journal « Hartford Courant », le 5 décembre dernier, Aaron Graser, âgé de 39 ans, a plaidé coupable d’agression sexuelle au quatrième degré et de violation de la probation devant une cour supérieure de Danielson ».

Le procureur a déclaré que Graser « avait eu des rapports sexuels avec une femme qui était décédée ». Quand il prononça le mot «décédée» dans une pièce pleine de monde, tous se retournèrent pour regarder Graser avec incrédulité.

Graser a été condamné à un an de prison pour son acte, mais le juge a déclaré que «l’enregistrement n’est pas nécessaire pour la sécurité publique sur la base des faits en soit». Il a donc épargné Graser d’être inscrit au registre des délinquants sexuels.

La cause exacte du décès de la femme a été attribuée à une overdose de drogue. Les résultats toxicologiques montrent qu’elle avait des taux élevés d’héroïne, de fentanyl et d’un autre médicament de synthèse qui n’a pas encore été identifié.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI