Êtes-vous atteint du « selfitis »? l’addiction aux selfies est reconnu comme une maladie mentale !

Accueil » News » Êtes-vous atteint du « selfitis »? l’addiction aux selfies est reconnu comme une maladie mentale !

Les selfies, on en voit sur les différents réseaux sociaux à longueur de journée. Bien que certaines personnes soient plus « accros » à cet autoportrait par rapport à d’autres, on ne s’était pas encore imaginer qu’il pouvait s’agir d’une forme de maladie.

Pourtant, la science pense que « Oui » et elle a même donné un nom à la maladie : le selfitis ou le besoin constant de poster des selfies sur les réseaux sociaux !

La reconnaissance scientifique de la maladie :

La «Selfitis» est une véritable maladie mentale et les personnes qui se sentent obligées de prendre continuellement des photos d’elles-mêmes et de les publier sur les réseaux sociaux pourraient avoir besoin d’aide, ont averti les psychologues.

Êtes-vous atteint du « selfitis », le besoin constant de se prendre en photo ?

Le terme selfitis est apparu pour la première fois dans un reportage spoof en 2014 pour décrire la « prise obsessionnelle de selfie ». Durant ce reportage, il avait alors été annoncé que l’American Psychiatric Association envisageait de le classer comme un trouble de santé.

Après le canular, des chercheurs de l’Université de Nottingham Trent et de la Thiagarajar School of Management en Inde ont décidé d’enquêter pour savoir s’il y avait de la vérité dans le phénomène. C’est ainsi qu’ils ont analysé l’état d’esprit de 400 personnes en Inde, le pays qui compte le plus de décès dus à un selfie.

LIRE AUSSI:  Ce chasseur fait l’objet de critiques sur les réseaux sociaux après avoir publié des photos de son butin de chasse !

Voici les résultats qu’a donnés l’étude :

Les résultats, publiés dans « The International Journal of Mental Health and Addiction », ont confirmé qu’il existe trois niveaux de selfitis.

Les cas limites concernent les personnes qui prennent des selfies au moins trois fois par jour, mais ne les publient pas sur les médias sociaux. Ensuite, vient la phase «aiguë» du trouble où les images sont postées.

Dans la troisième phase «chronique», les gens ressentent une envie incontrôlable de prendre des photos de soi-même 24 heures sur 24, les publiant plus de six fois par jour.

Par ailleurs, les chercheurs ont constaté que les personnes souffrant de «selfitis» typiques étaient des gens à la recherche d’attention, souvent dépourvus de confiance en soi, qui espèrent améliorer leur position sociale et se sentir membres d’un groupe en affichant constamment des images d’eux-mêmes.

C’est ce qu’explique  le chercheur Janarthanan Balakrishnan : «Typiquement, les personnes qui souffrent de cette condition ont très peu confiance en eux et essayent de s’intégrer au groupe de leurs pairs. Ils peuvent manifester des symptômes similaires à d’autres comportements potentiellement addictifs ».

Likez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI