La FDA interdit les suppléments de CBD pour protéger les bénéfices que génèrent la vente des opiacés de Big Pharma !

Accueil » News » La FDA interdit les suppléments de CBD pour protéger les bénéfices que génèrent la vente des opiacés de Big Pharma !

L’industrie pharmaceutique ne ménage aucun effort pour restreindre l’accès des consommateurs au cannabidiol, ou CBD, un composant non psycho-actif du cannabis sativa (marijuana) qui aide à soulager la douleur, les spasmes musculaires et d’autres affections.

Utilisant la Food and Drug Administration américaine (FDA) comme couverture officielle, l’industrie mène discrètement la charge d’interdire le CBD dans les compléments alimentaires, même si la substance est complètement naturelle et offre de nombreux avantages pour la santé tout en ne causant aucun effet secondaire nocif.

Les mesures d’interdictions de CBD :

Juste au cours des dernières semaines, la FDA  a envoyé des lettres d’avertissement à quatre sociétés distinctes qui vendent actuellement des suppléments alimentaires contenant du CBD. Deux des sociétés, « Stanley Brothers Social Enterprises » et « That’s Natural Marketing and Consulting », sont situées dans le Colorado.

La FDA interdit les suppléments de CBD pour protéger les bénéfices que génèrent la vente des opiacés de Big Pharma !

Les deux autres, « Natural Alchemist » et « Green Roads Health », sont situés respectivement en Californie et en Floride. Les quatre sociétés vendent des produits botaniques naturels CBD qui, à des fins utiles, concurrencent directement les offres pharmaceutiques brevetées à la pharmacie.

Pour cette raison, la FDA essaie maintenant de les fermer sous prétexte de protéger la «santé publique». Plus surprenant, c’est le fait qu’une compagnie pharmaceutique connue sous le nom de « GW Pharmaceuticals » vende déjà deux produits basés sur le CBD.

A la différence des quatre sociétés mentionnées, les « médicaments » de la compagnie pharmaceutique « GW Pharmaceuticals »  ont déjà été soumis au processus d’approbation des médicaments coûteux de la FDA. Comme quoi, la FDA ne juge un produit comme dangereux que si elle ne réalise pas de bénéfices sur sa vente.

La FDA peut interdire tout ce qu’elle veut, sous n’importe quel prétexte :

La FDA est très vigilante lorsqu’il s’agit de n’autoriser que les produits sur le marché à partir desquels l’agence est en mesure d’extorquer une part des bénéfices.

LIRE AUSSI:  Voici comment se dessine la vie d'une maman au quotidien...Cette illustratrice l'a fait !

Si un médicament pharmaceutique provoque des effets secondaires graves ou même la mort, par exemple, c’est acceptable tant que l’entreprise qui vendait ce médicament a déjà payé la FDA sous forme de frais de demande pour nouveau médicament.

D’un autre côté, si un produit complètement sûr et naturel comme le CBD aide des millions de personnes à traiter leurs problèmes de santé, la FDA peut toujours choisir de l’interdire en déclarant qu’il s’agit d’un «médicament» qui doit être approuvé officiellement.

Dans le cas du CBD, c’est un extrait de plante naturel qui ne nécessite pas l’approbation de la FDA pour être vendu. Cela signifie qu’il n’a pas besoin de subir l’approbation de la FDA pour atteindre les rayons des magasins, une situation qui a conduit la FDA à prendre des mesures draconiennes contre les fournisseurs qui osent vendre ces  plantes médicinales botaniques sans son approbation officielle.

Le CBD est dans le collimateur de la FDA depuis des années. Rien qu’en 2016, l’agence a envoyé près de 21 lettres d’avertissement à des entreprises vendant des produits à base de CBD, leur recommandant d’arrêter.

En 2015 aussi, la FDA a envoyé 15 lettres d’un ton similaire. Mais dans le plus récent lot de lettres, la FDA a décidé d’adopter une approche encore plus agressive à la prétendue « illégalité » de la CDB, qu’elle étiquette à tort comme étant de la « drogue ».

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI