Une femme ayant développé une éruption cutanée, découvre un ver parasite logé sous sa peau…

Accueil » News » Une femme ayant développé une éruption cutanée, découvre un ver parasite logé sous sa peau…

Après des vacances passées en bordure de plage, cette femme a développé une éruption cutanée sur son genou, deux semaines après. Apparemment inoffensive, elle fut finalement horrifiée en découvrant la présence de vers parasitaires sous sa peau.Découvrons les dessous de cette affaire …

Âgée de 45 ans, la femme se sentait en parfaite santé en rentrant chez elle en Pennsylvanie, après des vacances passées sur la plage des caraïbes. Mais, Deux semaines après son retour, elle a vu apparaître sur sa jambe de petites bosses causant des démangeaisons.  Pensant que ça allait passer, elle a dû finalement consulté un médecin pour faire des analyses.

Des vers sous la peau :

Publicité

Précipitée aux services d’urgences, les médecins lui ont fait savoir après des examens, qu’ils avaient pu diagnostiquer ce qu’elle avait : il s’agissait d’un cas classique d’infection parasitaire connue sous le nom de « larva migrans cutanée ».

Une femme ayant développé une éruption cutanée, découvre un ver parasite logé sous sa peau…

C’est une infection parasitaire d’une source extrêmement rare. Dans le cas de la quadragénaire, la source de l’infection était très inhabituelle. Elle avait sous la peau l’Ancylostoma braziliense et l’Ancylostoma caninum, deux espèces de vers qui ne pénètrent que la peau des animaux.

Généralement, les ankylostomes (les cas d’infection parasitaire le plus fréquent chez l’homme), qui prospèrent dans les climats chauds, pénètrent la peau et se dirigent vers le gros intestin. Là, ils déposent leurs larves, qui sont ensuite éliminé du corps par les selles.

Mais les humains ne sont pas un hôte naturel pour l’Ancylostoma braziliense ou l’Ancylostoma caninum, et les vers peuvent se perdre dans le corps. Ce qui explique le cas de la quadragénaire, où l’éruption cutanée constituait une réaction du système immunitaire qui tentait d’attaquer le parasite.

LIRE AUSSI:  Une maman entrain de percer les oreilles de son bébé !... A éviter

Voici comment reconnaître le syndrome de « larva migrans cutanée » :

 La lésion survient le plus souvent au niveau des pieds, mais aussi au niveau de toute autre zone cutanée ayant été en contact avec le sable ou la terre souillés (jambes, cuisses, tronc…) sans protection par maillot, natte, chaussures…

Quelques jours après la pénétration se développe une rougeur qui prend bientôt la forme d’un cordon serpigineux caractéristique. Un prurit local est fréquemment associé. Le cordon serpigineux rouge et prurigineux progresse de quelques millimètres par jour, dans n’importe quelle direction.

Des lésions facilement reconnaissables :

La lésion est pourtant assez facilement reconnaissable car le patient est attiré par le petit cordon faisant des courbes et des boucles, entouré d’une zone rouge traduisant l’inflammation et qui entraîne surtout des démangeaisons locales importantes.

Ce trajet visible ne correspond pas en fait au ver lui-même (rendant illusoire toute tentative de le retirer chirurgicalement), mais plutôt à la réaction allergique inflammatoire que laisse derrière lui le parasite quand il progresse sous la peau.

Bien que l’infection disparaisse spontanément après quelques semaines, l’inconfort et le risque d’infection bactérienne secondaire justifient le traitement.

Faites circuler S’IL VOUS PLAIT !!

Likez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI