Une femme développe une infection mortelle et perd presque ses jambes après s’être rasé le poil pubien avec ce nouveau rasoir !

Accueil » Santé » Les gestes qui sauvent » Une femme développe une infection mortelle et perd presque ses jambes après s’être rasé le poil pubien avec ce nouveau rasoir !

Dana Sedgewick, une femme âgée de 44 ans, a utilisé un nouveau rasoir pour se raser le poil pubien. Ne s’attendant pas à ce que cela tourne au drame, cette femme a failli perdre les jambes et même la vie après avoir développé une infection à la suite de son épilation.

L’épreuve de Dana Sedgewick date de mai 2012, deux jours après son épilation au rasoir, elle a commencé à avoir des étourdissements et des nausées. De plus, elle remarqua un petit bouton sur l’aine qui ne cessait de saigner. Malheureusement, elle décida d’ignorer ce bouton, ne sachant pas qu’il pourrait lui coûter la vie. «Je n’ai rien pensé, car j’ai souvent eu une éruption cutanée du rasage», a-t-elle dit.

Une infection qui tourne au coma !

Puisque l’état de Dana s’empirait de jour en jour, elle finalement du voir un médecin. Celui-ci a pris des écouvillons de la région et prescrit des antibiotiques en vue de prévenir une éventuelle infection.

Une femme développe une infection mortelle et perd presque ses jambes après s’être rasé le poil pubien avec un nouveau rasoir

Mais plus tard ce jour-là, sa fille aînée l’a découvert couché dans son lit, les jambes recouvertes d’une éruption cutanée rouge sanglante.

Par la suite, le médecin de Dana a appelé pour dire que les écouvillons avaient révélé qu’elle avait une grave infection bactérienne et qu’elle devait passer un autre examen. Une ambulance a été appelée et elle a été amenée d’urgence dans l’unité de traumatisme au Northern General Hospital de Sheffield, où les médecins lui ont diagnostiqué une fasciite nécrosante.

Dana a déclaré : «Au moment où je suis arrivé à l’hôpital, mes jambes étaient couvertes de chair noire et pourrissante ». Au cours des dix prochaines heures, les chirurgiens ont fait de leur mieux pour sauver ses jambes. Ils ont coupé environ 15 centimètres de peau infectée, et ont enlevé la chair infectée pour ré-appliquer la peau de son dos.

Pendant la chirurgie, Dana a développé une septicémie et n’a eu qu’une chance de survie de 30% après avoir subi un choc septique. Ses reins ont échoué, et son cœur s’est arrêté quatre fois. Pour augmenter ses chances de survie, les médecins l’ont mis dans un coma induit pendant neuf jours.

«Quand je me suis réveillée, mes jambes étaient couvertes de bandages et je n’avais aucune idée de ce qui s’était passé. Je pensais que j’étais dans un accident de voiture » :

L’infection mortelle dont Dana a été victime, bien que rare, peut commencer à partir d’une petite blessure comme une petite coupe. Cela peut être causé par plusieurs types de bactéries, dont certaines peuvent vivre sur la peau d’une personne sans causer de problème.

Mais, dans de rares cas, si la bactérie s’infiltre dans les tissus profonds et la circulation sanguine, elle peut déclencher une fasciite nécrosante. Cette condition développe des bactéries qui libèrent des toxines et qui, à leur tour, attaquent les tissus mous environnants.

Elle survit et parvient à marcher grâce à son courage et sa détermination :

Quand Dana s’est réveillée et a vu ses jambes, elle a dit : « C’était horrible. Tout mon muscle avait pourri, et j’avais un cratère de peau près de mon aine. J’avais même envie de vomir…Mais je savais que cela aurait pu être bien pire. Je pourrais facilement avoir perdu mes jambes – ou pire encore, mourir. « 

Les médecins ont dit à Mme Sedgewick qu’elle avait eu beaucoup de chance de survivre à une fasciite nécrosante. Ils lui ont aussi fait savoir qu’elle ne marcherait plus jamais. Mais, c’était sans compter sur le courage et la détermination de Dana.

Après 6 semaines de physiothérapie intense, Dana Sedgewick a été libéré de l’hôpital. Elle avait réussi à défier les médecins et  parvenait à marcher de nouveau grâce à des béquilles.

Elle garde toujours en elle les souvenirs de cette épreuve, et ça lui rappelle à chaque fois combien elle a été courageuse : « Je vois les cicatrices et ça me rappelle combien j’avais été courageuse et j’ai eu de la chance de survivre ».

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI