Les femmes qui se réveillent tôt sont moins susceptibles d’être déprimées !

Accueil » Psycho & Couple » Psychologie » Les femmes qui se réveillent tôt sont moins susceptibles d’être déprimées !

Selon de nouvelles recherches, aller au lit tôt le soir et se réveiller tôt le lendemain rend une femme moins susceptible de développer une dépression.

Plus précisément, les femmes d’âge moyen aux plus âgées qui se couchent naturellement tôt et se réveillent tôt ont de plus faibles risques de dépression, même après avoir tenu compte de facteurs environnementaux comme le calendrier de travail et l’exposition à la lumière.

L’étude en question :

L’étude, publiée dans le Journal of Psychiatric Research, a examiné les données de plus de 32.000 infirmières afin de déterminer s’il existe un lien entre le chronotype, une manière élégante de décrire votre préférence pour dormir et vous réveiller, et les troubles de l’humeur.

La recherche a révélé que le chronotype (qui est partiellement déterminé par la génétique) semble influencer le risque de dépression.

« Nos résultats montrent un lien entre le chronotype et le risque de dépression. Cela pourrait être lié au chevauchement des voies génétiques associées au chronotype et à l’humeur « , a déclaré l’auteur principal Céline Vetter, directrice du Laboratoire d’épidémiologie du sommeil et du sommeil de CU Boulder, dans un communiqué.

Des recherches antérieures, comme une étude de 2016 publiée dans les  Annals of Translations Medicine et une étude de 2015 publie dans le journal Chronobiology International, ont déjà montré que les personnes qui se couchent tard sont deux fois plus susceptibles de développer une dépression.

LIRE AUSSI:  5 signes que vous êtes une personne spirituellement douée et vous ne le savez même pas !

Cependant, ces études utilisaient généralement des données provenant d’un seul point de référence et ne prenaient en compte qu’un seul facteur de risque de dépression. Cela signifie que la recherche, bien que précieuse, a rendu difficile de déterminer si la dépression fait que les gens restent éveillés tardivement ou si c’est le fait de rester éveiller qui augmente les risques de dépression.

Cette nouvelle étude, menée par des chercheurs de l’Université du Colorado à Boulder, a suivi les schémas de sommeil et les symptômes dépressifs de plus de 32 000 participants pendant quatre ans, en tenant compte d’autres facteurs de risque de dépression tels que le poids corporel, l’activité physique et les maladies chroniques.

Même en tenant compte de tous les autres facteurs environnementaux et sociaux, les participants qui avaient pour habitude de se coucher et se réveiller tôt avaient un risque de dépression de 12 à 27% inférieur à ceux qui se décrivaient comme des couches-tard.

Likez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI