Il frôle la mort après avoir pris des antibiotiques: avec des cloques et des brûlures sur tout son corps, il a dû apprendre à marcher et à manger à nouveau…

Accueil » News » Il frôle la mort après avoir pris des antibiotiques: avec des cloques et des brûlures sur tout son corps, il a dû apprendre à marcher et à manger à nouveau…

Une prise d’antibiotiques pendant 2 semaines a presque failli coûter la vie à Josh Dennis, âgé de 38 ans, originaire du Colorado.

Ayant pris des antibiotiques pour traiter une infection staphylococcique, Josh a failli perdre la vie. Heureusement, il s’en est sorti avec de cloques sévères et des brûlures couvrant 90% de son corps.

Doit-on éviter les antibiotiques ?

Josh a été diagnostiqué du syndrome de Stevens-Johnson (SJS) et de la nécrolyse épidermique toxique à la fin de l’année dernière, tous deux causés par une réaction aux antibiotiques prescrits pour guérir une infection staphylococcique.

La nécrolyse épidermique toxique est une condition débilitante où les cellules de la peau, les muqueuses, les yeux et les parties génitales commencent à brûler sans discernement. La réaction a commencé avec des démangeaisons sous ses ongles et a vite tourné en éruptions cutanées.

Dennis a été rapidement admis dans une salle de brûlures. En l’espace d’une semaine, Dennis était méconnaissable, alité et couvert de la tête aux pieds de cloques. Ses yeux ont commencé à devenir violets et son visage était enflé. Il a aussi perdu sa capacité à marcher et à manger.

Les chirurgiens ont même dû effectuer une opération d’urgence pour sauver sa vue, en attachant une membrane entre ses paupières et ses globes oculaires. La membrane, faite à partir d’un placenta, a protégé sa cornée contre les dommages causés par les brûlures.

LIRE AUSSI:  LA GELÉE ROYALE est excellente pour guérir les blessures. Voici pourquoi et comment !

Tous ceux qui venaient lui rendre visite ne pouvaient supporter la vue. Les antibiotiques avaient transformé Dennis en un «véritable zombie». «Quiconque venait me voir était mal à l’aise. La réhabilitation prit plusieurs semaines, mais sa femme était là pour l’aider à traverser cette période difficile.

Toujours en convalescence, Dennis se méfie des antibiotiques et surveille de près les étiquettes d’avertissement. « Pas dans un million d’années, je pensais que cela pourrait arriver à partir d’antibiotiques. C’est fou, pas d’avertissement, et la première fois que je suis allé chez le médecin dans cinq ans.

« C’est incroyable le nombre de produits que je n’utiliserai plus jamais juste à cause des étiquettes d’avertissement. Je connais mieux mon corps, mais cela me fait peur de penser que mes enfants sont à risque. Je ne souhaiterai pas ce qui ‘est arrivé même à mon pire ennemi ».

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI