Huiles essentielles : le naturel n’est pas sans risque.

Accueil » Santé » Huiles essentielles : le naturel n’est pas sans risque.

Chaque matin, Rachael Armstrong utilisait une goutte d’huile essentielle d’encens. Certains disent que cette huile est un stimulant immunitaire puissant, notamment lorsqu’elle est utilisée sous sa langue. Rachael appliquait de l’huile essentielle de menthe sur les tempes pour calmer les migraines et les maux de tête.

Le soir, elle massait la plante des pieds avec de l’huile essentielle de pamplemousse pour réduire l’appétit. Et tout au long de la journée, elle utilisait de l’huile de bergamote pour son pouvoir antibactérien naturel.

Une réaction toxique aux huiles essentielles

Un soir, Rachael a constaté une éruption cutanée sur son cou et ses bras. Le matin, elle souffrait de brûlures sur le cou et ses yeux étaient enflés.

ALT TAG

Pendant des semaines, chaque fois qu’elle s’exposait au soleil, sa peau brûlait et des éruptions cutanées apparaissaient.

En fin de compte, ces réactions étaient tellement horribles et désagréables que les médecins devaient l’injecter avec des stéroïdes. Le suspect soupçonné : une réaction toxique aux huiles essentielles.

Rachael Armstrong fait partie d’un nombre petit mais croissant de consommateurs qui éprouvent des brûlures chimiques, des réactions allergiques, des problèmes respiratoires et d’autres effets secondaires des extraits de plantes aromatiques.

« Il existe certainement une science crédible derrière les bienfaits santé de certaines huiles essentielles », déclare Cynthia Bailey, dermatologue à Sebastopol, Californie. « Mais vous devez choisir judicieusement, et vous ne pouvez pas les utiliser sans discernement. »

Comment fonctionnent les huiles essentielles ?

Depuis des siècles, les guérisseurs utilisaient des presses mécaniques ou de la vapeur pour extraire les huiles essentielles des plantes aromatiques.

Aujourd’hui, les praticiens peuvent frotter les lotions infusées à l’huile sur la peau, où les composés sont absorbés dans la circulation sanguine. Ou ils peuvent les diffuser dans l’air, une fois inhalés, ils se lient aux récepteurs de l’odorat et stimulent le système nerveux central.

Grâce aux études démontrant leurs avantages, les huiles sont plus utilisées dans les hôpitaux et les cliniques pour soulager le stress, les douleurs et les nausées, et même prévenir les escarres.

Une étude récente menée sur 300 patients, a révélé qu’un mélange d’huiles essentielles de gingembre, de menthe verte, de menthe poivrée et de cardamome soulage les nausées après une intervention chirurgicale.

D’autres études ont montré que l’huile de lavande peut réduire les niveaux de cortisol et que l’huile de citronnelle prévient l’anxiété. Des études montrent également que les huiles de thé et d’origan peuvent lutter contre les microbes, ce qui en fait des traitements populaires pour les champignons.

Bon à savoir

– Les huiles ne devraient généralement pas être avalées. Le corps absorbe plus de cette façon, augmentant la chance que les huiles interagissent avec les médicaments ou provoquent une réaction allergique ou toxique.

– Même une utilisation constante de petites quantités peut entraîner une fatigue et des maux de tête.

– En prenant de grandes quantités, certaines huiles comme l’huile d’arbre à thé, peuvent entraîner un gonflement de la gorge, un rythme cardiaque irrégulier, des vomissements et même des convulsions.

– Certaines huiles essentielles, comme l’huile d’eucalyptus, contiennent des composés appelés phénol pouvant irriter les voies respiratoires par inhalation, en particulier pour les bébés.

– Les femmes enceintes ne doivent pas utiliser les huiles essentielles, car elles peuvent traverser la barrière placentaire et impacter la santé du bébé.

Likez et Partagez cet article sur Facebook

VOUS AIMEREZ AUSSI