Des implants cérébraux d’intelligence artificielle pouvant changer l’humeur ont été testés sur des humains!

Accueil » News » Des implants cérébraux d’intelligence artificielle pouvant changer l’humeur ont été testés sur des humains!

L’armée américaine a commencé à tester des implants cérébraux d’intelligence artificielle, capables de changer l’humeur, sur des humains.

Ces puces de «contrôle de l’esprit» émettent des impulsions électroniques qui modifient la chimie du cerveau dans un processus appelé «stimulation cérébrale profonde». Si elles s’avèrent efficaces, les dispositifs pourraient être utilisés pour traiter un certain nombre de problèmes de santé mentale.

Explications :

La stimulation cérébrale profonde implique l’implantation de fils fins, avec des électrodes à leur extrémité, dans le cerveau (les fils sont connectés à des extensions qui se déplacent sous la peau derrière l’oreille et dans le cou).

Des implants cérébraux d'intelligence artificielle pouvant changer l'humeur ont été testés sur des humains!

Les électrodes sont capables de délivrer un choc à haute fréquence à une zone ciblée du cerveau, stimulant ainsi les changements de certains des signaux électriques dans le cerveau, c’est-à-dire ceux qui changent de comportement ou de mouvement.

Alors que la stimulation cérébrale profonde a été utilisée pour traiter les troubles du mouvement comme la maladie de Parkinson, jusqu’à présent, elle a eu moins de succès dans le traitement des troubles de l’humeur.

Une première dans l’histoire qui pourrait donner suite à d’importants progrès :

Les puces sont l’œuvre des scientifiques de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), une branche du département américain de la Défense qui développe de nouvelles technologies pour l’armée.

Des chercheurs de l’Université de Californie (UC) et du Massachusetts General Hospital (MGH) les ont conçus pour utiliser des algorithmes d’intelligence artificielle qui détectent les modèles d’activité associés aux troubles de l’humeur.

LIRE AUSSI:  La vitamine D permet de prévenir les risques de décès prématuré et voici pourquoi...

Les puces ont été testées sur six personnes atteintes d’épilepsie et ayant déjà des électrodes implantées dans leur cerveau pour suivre leurs crises. Grâce à ces électrodes, les chercheurs ont pu suivre ce qui se passait dans leur cerveau tout au long de la journée.

Les implants plus anciens font constamment cela, mais la nouvelle approche a permis à l’équipe de délivrer un choc au fur et à mesure que le besoin se présentait. En suivant l’activité cérébrale d’un patient pendant une à trois semaines, ils ont pu créer un algorithme pour «décoder» leurs humeurs.

L’équipe du MGH a ensuite découvert qu’en délivrant des chocs aux régions du cerveau qui traitent de la prise de décision et des émotions, les participants se sont comportés nettement mieux dans les tâches définies. Cela incluait de faire correspondre des images de nombres ou d’identifier des émotions sur des visages.

Les experts estiment que les puces pourraient être bénéfiques pour les patients atteints de certaines maladies, de la maladie de Parkinson à la dépression chronique. Edward Chang, neuroscientifique à l’Université de Californie, a déclaré: «Nous avons beaucoup appris sur les limites de notre technologie actuelle. Ce qui est passionnant avec ces technologies, c’est que pour la première fois, nous allons avoir une fenêtre sur le cerveau où nous savons ce qui se passe dans le cerveau lorsque quelqu’un rechute ».

Likez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI