La malbouffe produit des symptômes similaires à ceux de la toxicomanie

Accueil » News » La malbouffe produit des symptômes similaires à ceux de la toxicomanie

Des chercheurs de l’Université du Michigan ont découvert une chose que vous connaissez probablement déjà : Qu’Il peut être difficile d’abandonner le sucre ou la malbouffe quelque soit sa forme. 

Qu’il s’agisse d’un besoin impérieux de pizzas ou un désir impérissable de boire un café crème sucré que vous buvez tous les jours, cela peut être un parcours du combattant d’abandonner la malbouffe.

Selon les chercheurs, la raison à cela, est que la dépendance à la malbouffe est réelle. Tout aussi réelle qu’une dépendance à la drogue et que les symptômes de sevrage sont également réels. De la tristesse à l’irritabilité, en passant par la fatigue, les envies sans fin qui vous ramènent aux aliments que vous venez d’abandonner, les symptômes de sevrage de la malbouffe ne sont pas seulement réels, mais peuvent également constituer un obstacle à votre santé.

La corrélation entre la dépendance alimentaire et la toxicomanie à des fins récréatives est frappante et elle est probablement plus forte que vous ne le pensez. Un chercheur a parlé de la dépendance alimentaire à plusieurs reprises dans ses bulletins d’informations, plus récemment dans une interview avec le Dr Pamela Peeke, experte en médecine intégrative, nutrition et forme physique reconnue internationalement, et auteure du livre à succès The New York Times.

La cause sous-jacente de la dépendance alimentaire est liée au centre dopaminergique de votre cerveau et à la façon dont certains produits alimentaires, notamment les aliments « hyper-palatable » raffinés et transformés contenant beaucoup de sucre, de sel et de gras. Ce faisant, ils provoquent des changements dans votre cerveau identique à ceux que l’on retrouve dans l’alcoolisme et la toxicomanie, et la lutte commence lorsque vous décidez de renoncer à la malbouffe.

Pour surmonter la nourriture ou toute dépendance, vous devez comprendre comment votre cerveau perçoit le plaisir et la récompense, et s’efforcer de redéfinir le plaisir de votre cerveau.

Si vous vous sentez pris au piège d’une dépendance et que vous vous demandez quelles mesures vous pouvez prendre pour trouver un soulagement, en plus de chercher de l’aide professionnelle, vous pouvez essayer de faire de l’exercice et de la méditation. En ce qui concerne l’exercice, l’activité physique incite à la neurogenèse et à la neuroplasticité, ce qui contribue à la guérison du cortex frontal et du centre de récompense de votre cerveau.

De même, il a été démontré que la méditation éteint de manière épigénétique les groupes de gènes inflammatoires, tout en activant les gènes responsables de l’augmentation de la neurogenèse. En tant que telles, les deux activités sont importantes en ce qui concerne le rétablissement à long terme des dépendances de toute nature.

VOUS AIMEREZ AUSSI