L’acupression serait-elle la solution parfaite aux douleurs menstruelles ?

Accueil » Santé » Maladies & douleurs » Maladies intimes » L’acupression serait-elle la solution parfaite aux douleurs menstruelles ?

Les recherches sur les douleurs qu’expérimentent les femmes lors de leurs menstruelles sont assez limités. Toutefois, les quelques rares études effectuées sur le sujet permettent de comprendre cette condition un peu plus.

Une étude récente menée par des chercheurs de l’Universitätsmedizin Berlin et publiée dans l’American Journal of Obstetrics and Gynecology, a tenté de déterminer si, pour les personnes âgées de 18 à 34 ans, l’auto-acupression serait plus efficace que les autres traitements (analgésiques et contraceptifs hormonaux) pour réduire les douleurs menstruelles.

L’acupression pour soulager les douleurs menstruelles :

L’acupression provient de la médecine traditionnelle chinoise et consiste à exercer une pression, ou à masser des points spécifiques du corps.

Il peut être effectué par un spécialiste, ce qui est souvent recommandé. Mais avec les connaissances de base, on peut le faire soi-même, c’est ce qu’on appelle l’auto-acupression.

Pour l’étude mentionnée ci-dessus, les 221 participants à l’essai ont été choisis au hasard pour faire partie de l’un des deux groupes, dont l’un utilisait une application qui indiquait à l’utilisateur comment pratiquer l’acupression avant et pendant la menstruation.

Bien que le nombre sujets fût relativement petit, les résultats ont été vraiment prometteurs. Parmi le groupe ayant pratiqué l’auto-acupression, 37% ont rapporté une réduction de 50% de l’intensité de la douleur menstruelle après trois mois de  thérapie.

En outre, ceux qui étaient dans le groupe d’acupression ont eu à utiliser moins de médicaments contre la douleur que ceux du groupe témoin et ont tous rapporté des niveaux inférieurs de l’intensité des douleurs.

« Nous avons été surpris de constater qu’après six mois, les deux tiers des participants ont continué à utiliser l’auto-acupression. Jusqu’à présent, la recherche sur l’efficacité clinique des applications a été limitée, et seules quelques-unes ont été testées à l’aide d’essais contrôlés randomisés », a déclaré le Dr Daniel Pach de l’Institut de médecine sociale, épidémiologie et économie de la santé.

« Nous avons été en mesure de montrer que les applications peuvent être évaluées dans un cadre d’essai clinique. Cependant, malgré notre expérience avec les essais cliniques conventionnels, nous avions beaucoup à apprendre, quelque chose que nous avons trouvé à la fois excitant et révélateur », a-t-il conclu.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI