Le vaccin (anti-Covid) à une seule injection va-t-il devenir la norme?

Accueil » News » Le vaccin (anti-Covid) à une seule injection va-t-il devenir la norme?

Le vaccin contre le coronavirus mis au point par Johnson & Johnson, a été validé samedi dernier aux États-Unis. Il constitue le premier à s’administrer en une seule injection. Est-il aussi efficace ? Objeko fait le point sur la question.

Le 27 février dernier, les Etats-Unis ont donné le feu vert pour la mise sur le marché du premier vaccin contre le Covid-19 qui s’administre en une seule fois. Il a été conçu par la laboratoire américain Johnson & Johnson qui devrait pouvoir livrer 100 millions de doses avant la période estivale.

Quel crédit accorder au vaccin de Johnson & Johnson ?

Cette particularité du nouveau vaccin surprend. Ainsi, depuis le début des travaux pour mettre au point des vaccins, les autorités et les scientifiques ont souligné que deux doses étaient mieux qu’une seule. « La première injection permet de susciter la réponse immunitaire adaptée et la seconde est censée permettre au vaccin de protéger sur la durée », indique Michael Head, épidémiologiste américain réputé.

A noter qu’il y avait « déjà eu des discussions pour savoir si une dose des vaccins de Moderna ou Pfizer pouvaient suffire », précise CNN. Et, « au début, Oxford avait commencé à travailler sur son vaccin avec l’espoir qu’une seule injection ferait suffisante« , précise Alexandre Edwards, immunologue qui a répondu récemment aux sollicitations de la chaîne France 24.

Les Etats-Unis longtemps sur la réserve

La FDA, l’autorité américaine du médicament et les scientifiques, « ont choisi deux doses, car ils ont peur que la population ne soit pas suffisamment protégée », indique la chaîne d’information en continu CNN. J&J aurait-il mis au point la formule miracle ? Pas encore. Son vaccin est très proche, dans le principe, d’Astra Zeneca. Il prend un autre virus inoffensif pour l’être humain qu’il associe à une part du Sars-CoV-2, et le résultat est injecté au patient. Certains observateurs indiquent qu’il y a une part de marketing dans cette démarche.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Andrew Loeb (@amloeb)

 

Une particularité qui convient parfaitement aux priorités de la période. Les différents gouvernements souhaitent aller vite dans la vaccination. C’est le cas, par exemple, en France où de nombreux élus dénoncent la lenteur du processus. Objeko a déjà eu l’occasion de vous en parler. Le vaccin J&J pourrait être une solution intéressante pour de nombreux état. Avec une même quantité de doses, il est possible de vacciner le double de patient, mais également de le faire plus vite. C’est aussi un outil pour faire face à l’absence de seconde injection de certains patients. Plus de 10% des personnes n’irait pas se faire injecter la deuxième dose.

Une solution miracle ?

Cette perte peut être liée à une information défaillante de la population ou à la difficulté d’aller se faire vacciner. Un vaccin tel que celui de J&J peut assurer des campagnes de vaccination moins coûteuses.

Tous ces atouts risquent, toutefois, de ne pas peser lourd si ce vaccin n’est pas bien accueilli par les habitants. Et c’est ce dont ont peur les dirigeants américains. En théorie, son efficacité peut, apparaître plus limitée. Elle atteint à 66 %, tandis que ses concurrents annoncent plus de 90 %.

 

Attention « il est très hasardeux de comparer l’efficacité de ce vaccin aux autres en se fondant uniquement sur ces chiffres », indique un scientifique. Premièrement, la molécule conçue par J&J obtient des résultats assez satisfaisants en comparaison de l’efficacité des concurrents après une injection. Deuxièmement,J&J a réalisé ses tests tandis que les célèbres variants étaient déjà largement diffusés. D’ailleurs une partie des essais s’est déroulée en Afrique du Sud, pays de provenance de l’une des mutations du Sars-CoV-2, où l’efficacité a atteint 55 %.

Dans ce cadre, tous les scientifiques estiment que les résultats obtenus par J&J sont positifs. La seule question qui plane concerne le temps de protection liée à cette molécule. « Il faudra peut-être effectuer des rappels plus fréquents que pour les vaccins des autres laboratoires », explique Alexandre Edwards. Mais, c’est peut-être même mieux ainsi « si des variants qui obligent à mettre à jour les vaccins apparaissent régulièrement ». Bref, le combat face au Covid-19 est loin d’être gagné. Chaque jour, des milliers de cas sont encore observés. La pandémie continue de faire de gros dégâts.

 

VOUS AIMEREZ AUSSI