L’école lui refuse son repas parce qu’elle n’a plus d’argent sur son compte : une fillette de 6 ans ridiculisée devant ses camarades

Accueil » Divers » Histoire inspirante » L’école lui refuse son repas parce qu’elle n’a plus d’argent sur son compte : une fillette de 6 ans ridiculisée devant ses camarades

Cela s’est produit lors de la distribution du déjeuner dans la cantine d’une école primaire à Greenwood, aux États-Unis. Anya Howard, une écolière de 6 ans, faisait la queue avec ses camarades de classe pour recevoir le repas chaud lorsque les responsables lui ont retiré son plateau des mains car apparemment elle n’avait plus de crédit pour payer le repas.

Lorsque la petite fille a été accompagnée au début de la queue pour attendre de recevoir une tranche de pain avec du beurre de cacahuètes au lieu du repas normal, les rires ont commencé à éclater auprès des autres élèves, qui ont commencé à la traiter de pauvre. L’incident a plongé la petite fille dans le plus profond embarras, comme l’a dit son grand-père, qui a rapporté l’incident : ‘Quand elle m’en a parlé, elle était bien plus que triste’ a-t-il dit.

Selon l’école, le traitement subi par Anya est celui de chaque enfant n’ayant pas de crédit pour la cantine : un préposé est chargé d’accompagner discrètement l’élève pour recevoir le repas ‘alternatif’, mais ce que le grand-père reproche est précisément le manque de discrétion.

De plus, l’homme critique la décision de l’école de retirer le repas de l’enfant pour seulement 2,25 dollars : personne n’a averti la famille de la diminution du crédit, ainsi celle-ci demande maintenant que des changements soient apportés au règlement de l’école. L’école a envoyé une note officielle indiquant que le crédit de cantine était de 0,10 $, pourtant elle n’a pas pris la peine d’informer au préalable ses parents, avec lesquels elle n’avait pas de contact direct à ce moment-là.

Un épisode vraiment regrettable, qui a laissé la famille d’Anya et la jeune fille elle-même choquée, humiliée sans aucun doute par ses camarades de classe.

Une fois de plus, les règles et le bon sens ne trouvent pas le juste milieu : il est juste d’appliquer les règles, mais le faire sans se soucier des conséquences sociales et de l’impact psychologique de certaines situations est tout aussi condamnable, surtout lorsqu’il s’agit d’enfants !

VOUS AIMEREZ AUSSI