L’industrie alimentaire utilise des sécrétions anales de castor pour donner de la «saveur» aux aliments que vous consommez !

Accueil » News » L’industrie alimentaire utilise des sécrétions anales de castor pour donner de la «saveur» aux aliments que vous consommez !

Avez-vous déjà mangé « des sécrétions anales de castor»? Votre réponse est vraisemblablement non ! Mais, détrompez-vous !

Des millions de personnes à travers le monde en consomment maintenant ou, du moins, en ont consommé sans le savoir.

Le castoreum :

Vous avez peut-être déjà entendu ce mot quelque part. Le castoréum est une substance d’origine animale produite en grande quantité par des glandes spécifiques des deux espèces existantes du genre castor : Castor fiber en Eurasie et Castor canadensis en Amérique du Nord.

L'industrie alimentaire utilise des sécrétions anales de castor pour donner de la «saveur» aux aliments que vous consommez !

Il y a une tendance nouvelle avec ce produit, c’est son usage dans l’alimentation. Le castoréum est couramment utilisé en tant qu’additif étiqueté comme «arôme naturel». Entre autres, on retrouve l’arôme de fraise, de framboise ou de vanille dans certains bonbons, gomme, gélatine et pouding.

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, le castoréum, après avoir été traité, émet un parfum agréable, ce qui en fait un élément idéal pour les produits alimentaires. En effet, il a une si bonne odeur que les fabricants de parfums l’utilisent depuis des décennies pour produire une variété de parfums.

On dit que ces sécrétions anales contiennent environ 24 molécules différentes, dont beaucoup agissent comme des phéromones naturelles. Mais, le fait qu’il soit secrété par des animaux en fait-il un produit naturel. Plus encore, cela signifie-t-il qu’il est sûr pour la consommation?

À bien y penser, on se demande pourquoi l’industrie alimentaire part récolter des «sécrétions anales» de castor pour en faire des aromes naturels, plutôt que de cueillir des fruits et légumes qui répondent à ce besoin.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI