L’obésité est maintenant un signe de PAUVRETÉ plutôt que de richesse, conclut une étude de 70 ans … les gens plus riches ont tendance à être plus minces

Accueil » News » L’obésité est maintenant un signe de PAUVRETÉ plutôt que de richesse, conclut une étude de 70 ans … les gens plus riches ont tendance à être plus minces

Alors que l’on pensait auparavant que le surpoids était un symbole d’une vie aisée, une récente étude a déterminé qu’elle est maintenant un signe de pauvreté.

En fait, le prix comparativement élevé des aliments sains vendus aujourd’hui pourrait être l’une des raisons de ce changement. Les personnes riches pouvant se procurer facilement ces aliments sains (bio), et les pauvres se contentant de la malbouffe.

Explications des chercheurs :

Des chercheurs de l’Institute of Education de University College London ont analysé des données sur la santé de 22 500 enfants de sept ans, 34 873 de 11 ans et 26 128 de 15 ans repartis dans quatre groupes de 1946 à 2001.

Selon les résultats de l’étude, les enfants les plus pauvres nés plusieurs années après la guerre étaient à la fois plus minces et plus petits de taille que les enfants issus de familles plus aisées.

LIRE AUSSI:
Cette femme a acheté 4 containers, et les a transformés pour construire une maison magnifique !

Cependant, avec la fin du millénaire (à  partir de 2000), les données montrent que les enfants les plus pauvres étaient plus grands (que ceux de familles aisées), mais ils avaient aussi tendance à être obèses et en surpoids.

Des études antérieures ont examiné les tendances concernant l’indice de masse corporelle (IMC), et non la taille et le poids séparément. Cette étude, qui a été publiée dans la revue The Lancet Public Health, a déterminé que de 1953 à 2015, l’écart entre les niveaux d’IMC des enfants des familles pauvres et ceux de failles riches avait augmenté.

LIRE AUSSI:
Cet adolescent avait très mal au cou. Quand les médecins l’ont ausculté, ses parents étaient choqués !

Le Dr David Bann, auteur principal de l’étude, a expliqué que selon le rapport, les politiques antérieures visant à lutter contre l’obésité infantile et la mauvaise santé par l’alimentation ont échoué. Il a également exprimé son doute sur le fait que les politiques existantes puissent effectivement changer les choses.

Le Dr. Bann a averti que si des mesures efficaces ne sont pas mises en œuvre, « les inégalités de l’IMC infantile sont susceptibles de se creuser davantage tout au long de l’âge adulte » et cela peut entraîner des années de conséquences désastreuses sur la santé et l’économie.

Likez et Partagez cet article sur Facebook

VOUS AIMEREZ AUSSI