Excellente Nouvelle : Une molécule capable de traiter le cancer de l’ovaire et du pancréas est sur le point d’être créée !

Accueil » News » Excellente Nouvelle : Une molécule capable de traiter le cancer de l’ovaire et du pancréas est sur le point d’être créée !

Voici comment fonctionne MYD1-72 le nouveau remède miraculeux contre le cancer :

 

Lorsqu’ils ont combiné MYD1-72 avec l’agent de doxorubicine endommageant l’ADN, la plupart des souris ont abouti à une réduction presque complète de la tumeur.

Chez les souris atteintes de cancer pancréatique, MYD1-72 n’a eu aucun impact sur la charge tumorale. Toutefois, lorsqu’il est utilisé conjointement avec l’agent nuisible à l’ADN gemcitabine, il y a un taux de survie trois fois plus élevé que chez les souris ne recevaient pas le traitement.

Un traitement sans dangers :

Les traitements actuels pour les cancers de l’ovaire et du pancréas sont limités et nécessitent généralement une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de chimiothérapie. Ces traitements peuvent avoir des effets secondaires toxiques et ne conduisent pas toujours à une guérison.

Dr Oscar Joe Hines, chef de la division de chirurgie générale, qui se spécialise dans le cancer du pancréas au Centre médical Ronald Reagan UCLA, a déclaré qu’il a été impressionné par la recherche de Stanford, et que c’est une ligne intéressante d’investigation à suivre et à encourager.

Les cancers de l’ovaire et du pancréas peuvent être difficile à diagnostiquer et à traiter. Le traitement du cancer du pancréas repose toujours sur les anciens médicaments et la chimiothérapie. Mais les taux de survie pour le cancer du pancréas sont souvent inférieurs à un an.

L’idée d’attaquer les cellules cancéreuses pancréatiques avant qu’elles commencent pleinement le développement à tout son sens, car ce type de traitement pourrait augmenter les chances de guérison de nombreux malade, et accroitre les taux de survie actuels.

Au-delà des essais humains à venir, les chercheurs de Stanford veulent explorer si leur récepteur a un effet sur d’autres types de cancer.  Giaccia et le Dr Albert Koong, professeur d’oncologie radiologique à Stanford et co-auteur de l’étude, ont formé une société, Aravive Biologics, qui a autorisé le brevet pour le récepteur MYD1-72.

Page précédente
Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI