Mon petit ami a essayé de m’arracher les yeux pour " que je sois si moche que personne ne veuille de moi "

Accueil » News » Mon petit ami a essayé de m’arracher les yeux pour " que je sois si moche que personne ne veuille de moi "

Certains actes de violence domestiques sont tellement vicieux qu’ils en deviennent indicibles. C’est le cas pour cette histoire qui dévoile la perversion d’un homme cruel à l’égard de sa petite amie. ‘ Je vais t’arracher les yeux pour que tu deviennes si moche que plus personne ne voudra de toi ‘ Ce sont ces mots abominables que ce partenaire a prononcés. Des propos affligeants qui illustrent bien le harcèlement moral dont peut faire preuve un persécuteur. Cette histoire nous est relayée par nos confrères du site britannique The Sun. Récit d’un quotidien qui s’est vite transformé en enfer.
Cette affaire glace le sang. Elle raconte la vie d’une femme prise en otage par un petit ami violent aux propos acerbes. Sous son emprise, elle vivra un véritable calvaire ponctué de mots atroces. Elle raconte son quotidien de violence conjugale et les phrases terribles qu’elle a pu entendre.

‘ Je vais t’arracher les yeux ‘

Jenna Hurley, une jeune maman de deux enfants, s’est enlisée dans un quotidien infernal de violences domestiques. Aujourd’hui, elle souhaite sensibiliser les autres femmes quant au fait d’être battue tous les jours. Son souhait : qu’elles ne deviennent pas des victimes. Son petit ami a essayé de lui arracher les yeux. Il lui a ainsi laissé de terribles blessures. Cette proie avait cru rencontrer l’homme parfait jusqu’à ce que sa gentillesse se transforme en véritable monstruosité. Elle découvre alors le vrai visage d’un homme d’une indicible cruauté.

14 mois de prison

Le bourreau de Jenna a tellement blessé la jeune maman que son père ne l’a pas reconnu. Whiteside, le nom de l’accusé, a donc été reconnu coupable d’agression. Il a désormais purgé la moitié de sa peine, à savoir 14 mois de prison. ‘ Maintenant qu’il est sorti, il pourrait chercher sa prochaine cible sans que cette dernière se méfie ‘ regrette la victime. Puis d’ajouter : ‘Je ne voudrais pas qu’une autre femme passe par ce que j’ai subi aux mains de ce monstre. ‘ Elle revient alors sur son passé trouble en compagnie d’un homme très violent.

Un homme providentiel

Quand elle a rencontré cet homme violent, il avait tout d’un homme providentiel aux égards bienveillants. ‘ Il était charmant, sociable, attentif. J’ai été émerveillée et comme dans une bulle avec lui ‘ se remémore Jenna. Avant qu’elle continue : ‘ Je me souviens avoir dit à tous mes amis que je ne connaissais pas d’hommes comme lui. ‘ Le bourreau était également très gentil avec la fille de la victime alors âgée de trois ans. Lors des présentations, il s’est montré affable. Il a aidé la petite à peindre son vélo en le recouvrant d’autocollant et jouait volontiers avec elle. Seulement, cet enthousiasme simulé n’allait pas durer longtemps avant de se transformer en torture.

Des yeux injectés de sang

Pendant cette terrible scène de violences, elle explique qu’elle se sentait ‘ misérable ‘. ‘ Mes yeux étaient tellement noircis et injectés de sang que j’ai eu du mal à les ouvrir et mon visage était tellement blessé qu’il avait gonflé au double de sa taille normale ‘ explique Jenna. Les médecins ont alors fait un terrible diagnostic, une commotion cérébrale sévère et lui ont donc administré un traitement aux analgésiques. Jenna a confié sa petite fille pendant quelques jours pour ne pas lui infliger la souffrance de voir sa mère dans ce piteux état.

Violence domestique : passer à l’action

En cas de coups, blessures et harcèlement moral, il est capital de ne pas donner de circonstances atténuantes à son agresseur, et ce, même s’il s’agit de son partenaire. Toute violence doit être limitée par une intervention de la police et à minima contactez une association qui pourra vous orienter. La Fédération Nationale Solidarité femmes est disponible au service national d’écoute 3919. En cas de réticence à une intervention policière, contactez cet organisme spécialisé dans l’accompagnement des femmes battues au quotidien. Gérer sa culpabilité et sa honte est essentiel dans cette démarche de reconstruction personnel pour soi et sa famille. Si possible, contactez un ami ou un proche qui pourra vous soutenir pendant cette épreuve difficile.

VOUS AIMEREZ AUSSI