Comment la perte d’un parent peut avoir un impact sur votre cerveau ?

Accueil » Psycho & Couple » Psychologie » Comment la perte d’un parent peut avoir un impact sur votre cerveau ?

Les gens ont tendance à supposer que la perte d’un parent est plus traumatisante pour un jeune enfant que les adultes, et oublient donc souvent que ces derniers ont aussi besoin de soutien.

La vérité est que nous sommes tous appelés à perdre un parent un jour, et malheureusement, notre façon de traiter ce chagrin n’est pas un sujet habituellement abordé. Le résultat commun est que lorsque la tragédie se produit, on peut se sentir seul dans son deuil. De plus, les experts conviennent qu’il est important de reconnaître à quel point l’impact de la perte d’un parent est durable.

Les effets du deuil parental :

Des études ont démontré que la perte parentale peut avoir des conséquences négatives sur le plan mental, émotionnel et physique. Bien sûr, tout le monde éprouve des pertes différentes et les effets peuvent varier selon les individus comme suit :

Expériences passées, mécanismes d’adaptation, relation avec le parent, environnement et culture et les circonstances du décès.

Études sur le deuil parental :

Une étude de cohorte de 1970 a examiné plus de 11 000 participants pour tester les effets à long terme de la mort d’un parent dans l’enfance sur la vie adulte. Ils ont comparé 1) les orphelins, 2) les enfants de familles divorcées ou instables et 3) les enfants vivant avec deux parents en bonne santé.

À 30 ans, les orphelins avaient un taux de chômage plus élevé – et même ceux qui avaient un emploi occupaient des postes non qualifiés – que les autres groupes. Ils avaient également un taux plus élevé de cigarettes à fumer, ainsi que des symptômes de dépression chronique, et le sentiment « qu’ils n’obtiendront jamais ce qu’ils veulent de la vie ».

Une autre étude a été menée pour mettre l’accent sur la perspective et l’expérience de l’enfant. Grâce à des articles écrits ou à de longues interviews, 37 participants âgés de 20 à 80 ans ont raconté leur histoire.

La recherche a révélé que, dans les cas où l’enfant manquait de communication, de soutien ou de stabilité dans la vie quotidienne pendant la période de deuil, les dommages émotionnels à long terme étaient aggravés. Les effets d’un décès peuvent durer jusqu’à 71 ans, en fonction de la gestion du chagrin. Un soutien approprié, la communication, la cohérence dans la vie peuvent atténuer la souffrance.

Le genre peut également être un facteur dans la façon dont une personne subit une perte. Une enquête menée auprès de 8 865 adultes a révélé que les fils vivaient plus difficilement la mort de leurs pères, tandis que les filles étaient davantage confrontées à de la souffrance suite à la mort de leurs mères.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI