Une population de poissons rares, dotés de «mains» , a été découverte en Tasmanie !

Accueil » News » Une population de poissons rares, dotés de «mains» , a été découverte en Tasmanie !

Une équipe de plongeurs de l’Institut des études marines et antarctiques et du projet de science citoyenne « Reef Life Survey » (RLS) ont découvert une nouvelle population de poisson, considéré comme le poisson le plus rare au monde.

Le poisson rouge (Thymichthys politus) est une petite créature amusante qui utilise ses nageoires pour dévaler le fond rocheux. Habitant exclusivement dans les eaux au large de la Tasmanie, c’est aussi l’un des poissons les plus rares au monde. Les chercheurs ont donc été ravis de découvrir une toute nouvelle population de ces poissons rouges se cachant parmi les récifs de Tasmanie.

Une découverte chanceuse :

Jusqu’à la semaine dernière, on pensait que la population restante de poisson rouge, Thymichthys politus, était confinée à un long récif dans le sud-est de la Tasmanie.

Une population de poissons rares, dotés de «mains» , a été découverte en Tasmanie !

Une étude récente sur ce site a permis de trouver huit poissons individuels sur ce site, ce qui a incité les scientifiques à estimer  que le récif abritait 20 à 40 poissons rouges.

Le deuxième site, découvert sur un morceau de récif de la même taille à une courte distance, est aussi supposé abriter le même nombre de poissons appartenant à cette espèce. La découverte a été faite après qu’un membre du public a rapporté avoir vu un poisson rouge dans la région.

LIRE AUSSI:  Le sucre ne nourrit pas seulement les cellules cancéreuses, il les produit !

De ce fait,  une équipe de sept plongeurs a été mobilisé pour aller fouiller le récif. « Nous avions prévu de plonger durant trois heures et demi, et au bout de deux heures on se regardait déjà les uns les autres en nous disant que ça n’avait pas l’air très prometteur », raconte Antonia Cooper, l’une des membres de l’équipe.

« La personne avec qui je plongeais est allée dire au groupe que nous allions commencer à remballer, et je fouillais les algues autour de moi sans grande conviction quand, ô merveille, j’ai trouvé un Thymichthys politus ! »

Cette première découverte a permis à l’équipe de restreindre leur zone de recherche. Ils ont ensuite identifié huit autres poissons rouges, estimant que 20 à 40 poissons habitaient le site nouvellement découvert.

Les deux sites sont d’environ 50m/20 et sont situés à plusieurs kilomètres l’uns de l’autre.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI