Comment prévenir UN VIRUS MORTEL que vous connaissez très bien… Suivez CES CONSEILS avant qu’il ne soit trop tard !

Accueil » Santé » Comment prévenir UN VIRUS MORTEL que vous connaissez très bien… Suivez CES CONSEILS avant qu’il ne soit trop tard !

S’habituer aux rapports sexuels non protégés est l’une des raisons des grossesses non désirées; Pire encore, c’est la cause directe d’un grand nombre de maladies sexuellement transmissibles pouvant mener à des cas de décès. Dans cet article, il s’agit pas de parler du VIH, mais plutôt du virus du papillome spécifiquement humain (VPH)…

Le premier grand conseil que nous vous donnons est de connaître la personne avec qui les relations ont toujours vous protéger ou de savoir que cette personne est en parfaite santé. Le virus du papillome humain est l’un des plus dangereux et la propagation d’une manière très facile, donc nous savons. Ceci est la cause principale du cancer du col utérin, et peut avoir des conséquences terribles pour le pénis, de la bouche et de l’anus.

Quels sont les principaux symptômes des infections au VPH ?

Les infections à Papillomavirus sont le plus souvent asymptomatiques, c’est-à-dire qu’elles ne provoquent aucun symptôme chez le sujet infecté. Le VPH touche la région anogénitale tant de l’homme que de la femme. Chez la femme, cette région comprend la vulve, le col de l’utérus et l’anus.

LIRE AUSSI:  Une astuce simple mais efficace pour se débarrasser de la cellulite, la graisse et les toxines !

Chez l’homme, cette région inclut le pénis, le scrotum et l’anus. Tout contact avec ces zones peut entraîner une contamination.Les verrues génitales sont généralement un signe d’infection.

On compte aujourd’hui jusqu’à 100 types d’infections au virus du Papillome Humain avec, comme conséquences, l’apparition des verrues sur les régions de la peau, précitées en haut de la page, et l’altération des cellules qui peuvent aboutir le cancer des membres ou parties génitales.

Voici les 7 conseils à suivre si vous voulez vous protéger contre le VPH :

Voir la page suivante

Likez cet article sur Facebook
Page suivante
VOUS AIMEREZ AUSSI