Les radiations de Fukushima ont atteint la côte ouest des États-Unis et c’est seulement le début !

Accueil » News » Les radiations de Fukushima ont atteint la côte ouest des États-Unis et c’est seulement le début !

Si vous pensez que Fukushima c’est à l’autre bout du monde, et bien sachez que des chercheurs indépendants ont découvert le césium 134, un isotope radioactif rejeté par la catastrophe de Fukushima en 2011, sur la côte du Pacifique des États-Unis. Bientôt les séquelles atteindront d’autres régions du globe …

Après la catastrophe du triple effondrement de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi en 2011, les Japonais ont travaillé ensemble pour couvrir les dégâts et les nombreux impacts de la catastrophe, mais à ce jour, 300 tonnes d’eau contaminée et radioactive coulent quotidiennement dans le Pacifique. Les fuites ne peuvent pas être scellées en raison de la chaleur extrême.

Fukushima : six ans après …

Des chercheurs de l’Institution océanographique de Woods Hole (WHOI) ont annoncé récemment que le césium 134 a été détecté sur les rives de la baie de Tillamook, en Oregon. Bien que certains chercheurs et médias d’entreprise signalent que la petite quantité détectée ne présente «aucun risque pour les humains ou l’environnement», il n’existe pas de niveau sécuritaire de césium radioactif.

Vous pouvez lire également :  Ne Cherchez plus ! Voici PRÉCIEUSEMENT la distance que vous devez parcourir chaque jour pour perdre du poids efficacement ...

Lors de la catastrophe, les vagues, dont certaines ont mesuré plus de 12 mètres, ont également frappé la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi, à 150 miles au nord de Tokyo, neutralisant les systèmes d’urgence de l’usine et obligeant les équipes d’urgence à utiliser l’eau de mer pour refroidir les réacteurs endommagés.

En raison de l’emplacement de la centrale le long de la côte, une grande partie de l’eau a pénétré dans le Pacifique, ce qui entraîna la plus grande émission accidentelle de rayonnement dans l’océan dans l’Histoire.

D’autres matières radioactives aéroportées provenant des explosions et des incendies de l’usine ont chuté sur la surface de la mer, où elles ont également été mélangées dans l’eau, de même que les fuites subséquentes des réservoirs du site contenant de l’eau traitée. Voici ce que déclare l’étude du WHOI que vous pouvez consulter en seconde partie de cet article …

Voici ce qu’annoncent réellement les recherches menées aux larges des côtes américaines :

Voir la page suivante (Cliquez sur le bouton jaune en dessous)

Vous pouvez lire également :  L’Australie offre 10 $ par fourrure de chat, afin d'encourager à leur abattage !

Likez cet article sur Facebook

Page suivante

VOUS AIMEREZ AUSSI