Une raison de plus d’éviter le stress : Le stress prolongé entraîne des modifications durables dans le cerveau

Accueil » Psycho & Couple » Une raison de plus d’éviter le stress : Le stress prolongé entraîne des modifications durables dans le cerveau

Il est bien connu qu’un stress prolongé augmente le risque de développer des symptômes psychiatriques. En même temps, le stress compromet également le fonctionnement neurocognitif. Les gens éprouvent souvent des difficultés cognitives pendant des périodes stressantes qui disparaissent habituellement quand le stress diminue.

Cependant, un stress sévère, tel que celui vécu par des militaires déployés en zone de guerre, peut entraîner des troubles cognitifs durables qui contribuent considérablement à son influence négative sur le fonctionnement social et professionnel des personnes concernées.

L’étude de l’université de Radboud :

Il serait contraire à l’éthique de soumettre intentionnellement les gens à une extrême contrainte psychologique pour des raisons scientifiques.

Une raison de plus d’éviter le stress : Le stress prolongé entraîne des modifications durables dans le cerveau

Mais, les opérations militaires en cours offrent la possibilité de voir ce qui arrive aux personnes exposées à des situations stressantes.

Les chercheurs de l’université de Radboud (Amsterdam) ont évalué 33 soldats en bonne santé déployés en Afghanistan pour une mission de quatre mois. Les soldats ont été évalués avant et après leur déploiement, avec 26 autres soldats non déployés qui ont servi groupe de contrôle.

LIRE AUSSI:  Qu'est-ce que la forme de vos mains révèle sur votre personnalité?

Ainsi, les résultats ont permis de découvrir que le stress engendré par les zones de combat réduisait l’activité et l’intégrité du mésencéphale, ce qui selon des tests neuropsychologiques, engendrait une baisse d’attention et de concentration lors de tâches cognitives complexes.

Même si l’imagerie cérébrale effectué un an et demi après le retour des soldats révèle que ces changements étaient à nouveaux revenu à leur état normal, une réduction de la connectivité fonctionnelle entre le mésencéphale et le cortex préfrontal était cependant toujours présente.

« Le fait qu’il y ait une perturbation durable de la connectivité préfrontale souligne que les gens ont une limite de stress traumatique qu’ils peuvent endurer », a déclaré Sandy McFarlane, directeur du Centre d’études sur le stress traumatique et professeur de psychiatrie à l’Université d’Adélaïde.

 

Likez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI