Ce que les docteurs ne disent pas : Consommer cette seule VITAMINE serait la clé pour prévenir le CANCER!

Accueil » Santé » Ce que les docteurs ne disent pas : Consommer cette seule VITAMINE serait la clé pour prévenir le CANCER!

Les études scientifiques confirment le rôle important de la vitamine D dans la prévention du cancer :

Y a-t-il un lien entre le statut en vitamine D et le cancer du sein ? Afin de répondre à cette question une équipe canadienne à étudier une cohorte de 500 femmes porteuses d’une tumeur mammaire, recrutés à Toronto en 1989 à 1999 et suivie jusqu’en 2006.

Première surprise, au moment du diagnostic, plus d’un tiers des femmes incluses présentait une déficience en vitamine D, près de 40 % une insuffisance en vitamine D et une sur quatre seulement avait un taux normal. Seconde découverte, les femmes déficientes en vitamine D ont rechuté quasiment deux fois plutôt que celles ayant un taux de vitamine D normale, et leur survie globale était réduite de 73 %.

Ce n’est pas tout …

Les résultats de plusieurs autres études scientifiques  ont  démontré que la vitamine D joue un rôle crucial dans la prévention des maladies et le maintien d’une santé optimale.

Le corps contient environ 30 000 gènes, et la vitamine D affecte près de 3000 d’entre eux. De plus, des récepteurs de vitamine D sont présents toutes les parties du corps humain.

Selon une étude scientifique récente, les niveaux optimaux de vitamine D peuvent réduire votre risque de cancer de près de 60 pour cent.

Garder vos niveaux de vitamine D optimisés peut contribuer à prévenir au moins 16 différents types de cancer, y compris celui du pancréas, des poumons, des ovaires, de la prostate et de la peau.

Pour commencer à aborder ces problèmes, les chercheurs mènent deux essais de phase I pour déterminer quelle dose de vitamine D peut être utile pour la chimio-prévention des cancers de la prostate, colorectal et du poumon (descriptions d’essais ici et ici).

En outre, de plus grands essais randomisés ont été lancés pour examiner le rôle potentiel de la vitamine D dans la prévention du cancer.

L’étude sur la prévention de la vitamine D et du polype calcique, qui a recruté environ 2 200 participants, tente de déterminer si les suppléments de vitamine D, administrés seuls ou avec du calcium, peuvent prévenir le développement d’adénomes colorectaux (excroissances précancéreuses).

Les chercheurs commencent également à étudier les analogues de la vitamine D – des produits chimiques ayant des structures similaires à celles de la vitamine D – qui peuvent avoir l’activité anticancéreuse de la vitamine D mais pas sa capacité à augmenter les niveaux de calcium. La date d’achèvement estimée de l’étude est décembre 2017.

Page précédente
Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI