Les scientifiques lancent enfin une mise en garde contre l’huile de canola: une étude révèle qu’elle nuit à la santé du cerveau, contribue à la démence et entraîne une prise de poids.

Accueil » News » Les scientifiques lancent enfin une mise en garde contre l’huile de canola: une étude révèle qu’elle nuit à la santé du cerveau, contribue à la démence et entraîne une prise de poids.

Si vous pensiez que l’huile de canola était une huile saine que vous pouvez utilisez en toute sécurité, détrompez-vous.

Bien que les campagnes de marketing présentent cette huile comme saine, c’est une huile qui ne fait pas beaucoup de bien votre corps. Des études scientifiques en apportent la preuve.

Une huile à éviter :

Une nouvelle étude a abouti à plusieurs conclusions alarmantes sur l’huile de canola. Tout d’abord, les scientifiques rapportent qu’elle peut augmenter l’accumulation de plaque dans le cerveau, qui est une caractéristique de la maladie d’Alzheimer.

Par ailleurs, les scientifiques annoncent aussi que l’huile de canola peut aggraver la perte de mémoire chez les patients atteints d’Alzheimer et avoir un impact négatif sur leur capacité d’apprentissage.

Dans l’étude en question, les chercheurs ont utilisé un modèle animal qui imite la maladie d’Alzheimer chez l’homme à mesure qu’il progresse des stades précoces asymptomatiques à la maladie à part entière.

Les souris ont été placées dans deux groupes quand ils avaient six mois. L’un a consommé un régime normal, et l’autre a reçu un régime normal avec l’équivalent de deux cuillères à soupe d’huile de canola par jour.

Lorsqu’ils ont été évalués un an plus tard, la différence la plus évidente était le gain de poids important noté chez les animaux qui mangeaient une alimentation accompagnée d’huile de canola. Les tests ont montré que les animaux avaient également des troubles de la mémoire.

Lorsque leur tissu cérébral a été examiné, les souris qui ont mangé l’huile de canola avaient des niveaux beaucoup plus bas d’un peptide qui protège les neurones contre les dommages connus sous le nom de bêta 1-40 amyloïde.

Ils ont également eu des quantités plus élevées de plaques amyloïdes dans leur cerveau. En outre, ils avaient aussi une réduction significative du nombre de contacts entre leurs neurones, ce qui est un signe de blessure étendue.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI