Les scientifiques viennent de découvrir une nouvelle arme contre le CANCER.

Accueil » News » Les scientifiques viennent de découvrir une nouvelle arme contre le CANCER.

Les tumeurs cancéreuses sont des ennemies redoutables pour la santé. Elles se servent des vaisseaux sanguins pour favoriser leur croissance, en endommageant les tissus voisins et en déployant de nombreuses stratégies pour échapper aux systèmes de défense du corps. Les cellules tumorales circulantes (CTC) sont encore plus malveillantes, car elles se déplacent furtivement à travers le flux sanguin et s’installent dans d’autres parties du corps, un processus connu sous le nom de métastase.

Les scientifiques pensent maintenant  que ces cellules tumorales circulantes (CTC) jouent un rôle clé dans les métastases, car leur présence est également un indicateur précieux du stade de la maladie d’un patient. Ainsi, de nombreux scientifiques espèrent que les cellules pourraient être utilisées pour détecter le cancer et les métastases à un stade précoce. La nouvelle réalisation des chercheurs de l’Institut Wyss de l’Université de Harvard en est la preuve.

Perles magnétiques pour localiser et isoler les cellules propagatrices de cancer :

Si les scientifiques étaient confiants que les cellules tumorales circulantes pouvaient être utilisées pour détecter le cancer et les métastases à un stade précoce, un obstacle était pourtant présent.

Les anticorps les plus couramment utilisés ne permettent pas de reconnaître de nombreux types de cellules cancéreuses.

C’est là que la réalisation des chercheurs de l’Institut Wyss de l’Université de Harvard a toute son importance. Ils ont adapté une protéine d’opsonine sanguine humaine connue sous le nom de FcMBL, qui a été développée à l’origine comme un agent de capture de pathogènes à large spectre, pour cibler plutôt les CTC.

À l’aide de perles magnétiques revêtues de FcMBL, elles ont pu capturer> 90% de sept types différents de cellules cancéreuses. «Nous avons pu isoler rapidement les CTC à la fois in vitro et du sang, y compris ceux qui ne sont pas liés par les technologies de ciblage CTC standard actuelles», explique Michael Super, Ph.D., chercheur senior principal au Wyss Institute et co-auteur de l’article.

Cette nouvelle technique pourrait devenir utile dans le diagnostic du cancer :

Les systèmes de diagnostic actuels de la CTC utilisent fréquemment un marqueur de cellules cancéreuses, la molécule d’adhésion des cellules épithéliales (EpCAM), qui est fortement exprimé à la surface des cellules tumorales.

Cependant, l’expression d’EpCAM sur les cellules cancéreuses diminue lorsque les cellules tumorales se transforment en CTC, rendant ironiquement des tests basés sur EpCAM moins utiles précisément lorsqu’il est essentiel de savoir que le cancer d’un patient a été métastasé.

La technologie de capture de l’Institut Wyss bénéficie d’une protéine naturellement trouvée dans le corps, la lectine de liaison au mannose (MBL), qui reconnaît et se lie aux hydrates de carbone présents sur les surfaces des bactéries et autres agents pathogènes, les marquant pour destruction par le système immunitaire.

Les cellules humaines saines ont des modèles de glucides différents et sont immunisées contre le MBL, mais de nombreuses cellules cancéreuses ont des glucides aberrants qui sont similaires à ceux trouvés sur les agents pathogènes et, par conséquent, sont vulnérables à la liaison MBL.

Les chercheurs espèrent poursuivre leurs études pour déterminer exactement quelles molécules d’hydrates de carbone FcMBL ciblent les CTC, ce qui pourrait encore améliorer la spécificité et l’efficacité de la capture.

Cette nouvelle constatation qu’il a une activité de liaison de large spectre similaire pour de nombreux types de cellules cancéreuses circulantes est tout aussi excitante et démontre une fois de plus le pouvoir d’utiliser les principes de conception biologique lors du développement de nouvelles innovations médicales.

Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI