Selon une étude, les cerveaux des hommes et des femmes réagissent différemment lorsqu’ils aident les autres.

Accueil » News » Selon une étude, les cerveaux des hommes et des femmes réagissent différemment lorsqu’ils aident les autres.

On nous a appris qu’il y a un plaisir à la fois à donner et à recevoir. Mais est ce que le genre (sexe) d’une personne influence sa préférence pour l’un d’entre ces deux plaisirs. C’est cette question que les scientifiques ont cherché à élucider récemment.

Recherche dans le cerveau pour trouver des réponses :

Ce lundi, une petite étude publiée dans la revue « Nature Human Behavior », rapporte des résultats selon lesquels « chez les femmes, une partie du cerveau a montré une plus grande réponse lors du partage de l’argent, tandis que chez les hommes, la même structure a montré plus d’activité quand ils gardaient l’argent pour eux-mêmes ».

Des études antérieures publiées sur le sujet démontraient également que les femmes ont tendance à être plus altruistes que les hommes.

Comme le note Philippe Tobler, co-auteur de la nouvelle étude, «les femmes accordent une valeur plus subjective au comportement prosocial et les hommes trouvent plus précieux le comportement égoïste».

« Cependant, on ignorait comment cette différence se produisait au niveau du cerveau », écrivait Tobler, professeur agrégé de neuroéconomie et de neurosciences sociales à l’Université de Zurich, dans un courriel. « Mais chez les deux sexes, le système de dopamine encode la valeur. »

Par «encoder», cela signifie que l’activité dans notre cerveau change en proportion de la valeur que nous donnons aux expériences sociales.

À la recherche de réponses pour expliquer pourquoi les femmes et les hommes ne sont pas égoïstes de manière égale :

Page suivante
Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI