Selon une étude, « les régimes faibles en gras haussent le risque de mort précoce ».

Accueil » News » Selon une étude, « les régimes faibles en gras haussent le risque de mort précoce ».

Les régimes à faible teneur en matières grasses pourraient augmenter le risque de mort prématurée d’environ ¼, rapporte une nouvelle étude. Ce qui va à l’encontre des convictions actuelles concernant la consommation de matières grasses…

Réalisée par la revue scientifique médicale britannique « The Lancer », l’étude a porté sur 135 000 adultes chez qui il a été constaté que ceux qui avaient réduit leur consommation de graisses, avaient également une expérience de vie plus courte par rapport à ceux qui bénéficiaient de bonnes beurres, de fromage et de viandes.

En contradiction à recommandations nutritionnelles :

Les chercheurs ont déclaré que l’étude était en désaccord avec des conseils de santé qui prônent la  les régimes alimentaires faibles en matière grasse. Mais ils expliquent que le problème ce n’est pas le manque de graisses dans l’alimentation.

Selon une étude, « les régimes faibles en gras haussent le risque de mort précoce ».

Ceux qui réduisent leur consommation  de graisses ont aussi tendance à les remplacer par des produits riches en glucides lourds tels que le pain, les pâtes et le riz. Ce qui équivaut à se priver de certains éléments nutritifs importants.

Les chercheurs rapportent que les participants à l’étude qui aveint les plus hauts niveaux de glucides, en particulier les sucres raffinés trouvés dans les boissons gazeuses et les aliments transformés, faisaient face à un risque plus élevé de 28 pour cent de mort précoce.

Une étude canadienne soutient également les résultats de cette étude :

Présentées lors de l’European Society of Cardiology Congress à Barcelone, les recherches canadiennes, démontrent que la consommation de niveaux élevés de graisses réduire la mortalité jusqu’à 23 pour cent…

Le Dr Andrew Mente, un chercheur de l’Université McMaster  d’Ontario, a déclaré: « Nos données suggèrent que les régimes à faible teneur en matières grasses mettent exposent la population à une risque accru de maladies cardiovasculaires.

Il ajoute que l’obtention de 35% des calories provenant des lipides était le « sweet spot » pour une bonne santé. Ainsi, « lever la restriction sur la quantité de graisse totale et les graisses saturées, et imposer des limites sur les hydrates de carbone pour réduire leur consommation à des niveaux modérés, serait optimal. »

Toutefois, malgré la présentation de ces résultats, les autorités sanitaires mettent encore en  garde encore la population contre la consommation de graisses saturées retrouvées dans les aliments tels que le beurre, le fromage et la viande. Les raisons avancés sont la protection contre les maladies cardiaques.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI