Selon le magazine « Prescrire », voici les 90 médicaments plus «dangereux qu’utiles» !

Accueil » News » Selon le magazine « Prescrire », voici les 90 médicaments plus «dangereux qu’utiles» !

Le magazine « Prescrire » représente un véritable cauchemar pour l’industrie pharmaceutique. Indépendant de l’argent de la publicité, bénéficiant d’un nombre suffisant d’abonnés, notamment parmi les médecins, pour publier confortablement sans avoir «vendre son âme», le magazine lutte inlassablement contre les abus pharmaceutiques.

26 janvier dernier, Prescrire a mis à jour sa traditionnelle liste de médicaments « plus dangereux qu’utiles », des produits à éviter en raison des risques sanitaires « disproportionnés » qu’ils font courir aux patients.

Les médicaments les plus couramment utilisés :

Selon Prescrire, 90 d’entre les médicaments prescrits autorisés sur le marché français ou européen,  présenteraient plus de risques d’effets néfastes que de bénéfices pour la santé. Pour cela, il recommande de les « écarter des soins ».

Selon le magazine Prescrire, voici les 90 médicaments plus «dangereux qu’utiles» !

Pour donner du crédit à sa liste, Prescrire explique comment elle est parvenue à ses conclusions.

Ainsi, cette liste noire en accès public a été établie sur la base d’analyses en comparant ces produits avec les autres médicaments de référence et ont cherché à en déterminer l’efficacité et les éventuelles conséquences indésirables sur l’organisme ».

LIRE AUSSI:  Top 9 des vaccins que vous ne devez jamais vous injecter et la raison pour laquelle on vous pousse à les avoir ...

Parmi les médicaments pointés du doigt, il y a les anti-vomitifs Vogalène ou Motilium ou les vasoconstricteurs Dolirhume ou Xilocaïne. Prescrits pour traiter les conditions de santé telles que la sinusite et le rhume, ces produits décongestionnants peuvent également causer des problèmes cardio-vasculaires potentiellement mortels.

A ceux-ci s’ajoutent les anti-inflammatoires Ketum, Voltaflex et Voltarène, mais aussi le Seropram, le Stablon ou le Valdoxan, auxquels on reproche un déséquilibre trop prononcé entre leurs effets secondaires et les bienfaits.

En comparaison à la liste de l’année dernière, celle de 2018 compte 5 médicaments de plus. A croire donc que les industries pharmaceutiques sont insouciants des effets secondaires dont sont responsables leurs médicaments.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI