Seralini remporte un procès historique pour la diffamation de son «étude OGM»

Accueil » News » Seralini remporte un procès historique pour la diffamation de son «étude OGM»

Vous souvenez-vous du Professeur Giles-Eric Seralini et de son équipe de recherche à l’Université de Caan en France? Ils ont fourni des images de rats nourris avec du maïs OGM Monsanto saturé d’herbicide Roundup.

Après que les résultats de l’étude de toxicité à long terme de Seralini ont été publiés avec des affichages de rats montrant des tumeurs énormes, un tsunami d’indignation de scientifiques pro-OGM et de journalistes a déferlé dans la presse.

Monsanto a influencé un journal pour diffamer le rapport de Seralini 

« Une fraude scientifique où la méthodologie sert à conforter des résultats écrits d’avance ». Voilà les mots écrits par Jean-Claude Jaillette et publiés dans le magazine Marianne pour diffamer l’étude scientifique sur la toxicité chronique à long terme du Roundup, menée par le professeur Seralini et ses collègues.

Suite à la parution de l’article, le professeur Gilles-Eric Seralini, avait porté plainte pour diffamation, datés du 29 septembre et du 5 octobre 2012. Des années après, au terme d’une information judiciaire, la 17ème chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris vient de condamner les auteurs, le journal et son journaliste, de cette accusation, portée par Marianne, pour diffamation publique, envers un fonctionnaire public, et diffamation publique envers les chercheurs et le CRIIGEN.

LIRE AUSSI:
Comment posséder un chien vous protège contre les maladies cardiaques ?

Le procès a notamment démontré que le seul et unique auteur de cette accusation de fraude, avant Marianne, était le lobbyiste américain Henry Miller dans le magazine pour milliardaires « Forbes », personnage qui s’est déjà illustré pour avoir témoigné au bénéfice de l’industrie sur une prétendue non cancérogénicité du tabac, et a essayé, en diffamant, de faire de même en soutenant les OGM et les pesticides.

 L’étude du Pr Séralini est aujourd’hui reconnue et ses travaux sont cités dans le monde entier. Le journal Food and Chemical Toxicology qui avait notamment dans un premier temps agi sous la pression des lobbies vient de publier une synthèse sur la toxicité de l’herbicide Roundup en-dessous des seuils réglementaires, signée par l’équipe du Professeur Séralini.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI