Les signes précurseurs des kystes ovariens que la plupart des femmes ignorent (et quoi faire si vous les détectez)

Accueil » Santé » Les signes précurseurs des kystes ovariens que la plupart des femmes ignorent (et quoi faire si vous les détectez)

Avez-vous déjà entendu parler des kystes de l’ovaire ? C’est une pathologie très fréquente, mais mal connue en raison de manque d’observations. Nombreuses sont les femmes qui souffrent de cette pathologie au cours de leur existence.

Le kyste de l’ovaire n’est pas une tumeur cancéreuse, elle correspond au développement de cellules localisées au niveau du tissu ovarien. Le kyste n’est généralement pas douloureux et peut se guérir tout seul avec le temps. Cependant, il peut engendrer des complications dans certains cas.

Les différents types de kyste de l’ovaire :

Le kyste de l’ovaire ou kyste ovarien correspond à un petit sac rempli de liquide qui se développe soit sur l’ovaire  ou à l’intérieur de l’ovaire. La taille atteint rarement les 5 centimètres. Les kystes peuvent se former à n’importe qu’elle âge chez la femme.

On distingue deux catégories de Kyste, qui sont les kystes fonctionnels et les kystes organiques. La première catégorie, à savoir les kystes fonctionnels, sont les plus fréquents. Ils représentent 90% des cas de kyste de l’ovaire. Ils évoluent au cours du cycle menstruel et proviennent de la transformation d’un follicule ovarien ou d’un reliquat d’un follicule, ayant déversé l’ovule dans la trompe utérine. Ils sont très souvent bénins et disparaissent généralement après deux ou trois cycles menstruels.

Quant à la seconde catégorie, à savoir les kystes organiques, ils sont assez rares et touchent majoritairement les femmes âgées. A la différence des kystes fonctionnels, les kystes organiques ne régressent pas. Ils sont aussi bénins mais dans la majorité des cas, ils sont potentiellement cancéreux. Le dépistage est important, la précocité du diagnostic influe directement sur les chances de guérison.

Voici les signes avertisseurs des kystes de l’ovaire chez la femme :

Voir la page suivante

Page suivante
VOUS AIMEREZ AUSSI