Le supplément ultime? La berberine s’attaque au diabète, à l’obésité et même au cancer.

Accueil » Santé » Alimentation saine » Le supplément ultime? La berberine s’attaque au diabète, à l’obésité et même au cancer.

Alcaloïde produit par certains végétaux, la berberine est un composé fréquemment utilisé pour des problèmes gastro-intestinaux  comme la diarrhée et l’intoxication alimentaire. Mais, il semble qu’elle ait d’autres propriétés thérapeutiques beaucoup plus intéressantes.

La berberine est devenue une option viable pour prévenir et traiter la formation de tumeurs cancéreuses. Il contrôle également le métabolisme du sucre dans le sang et des lipides au même niveau que la metformine, un médicament puissant utilisé pour le traitement du diabète.

Un composé végétal traditionnel avec des applications modernes :

La berbérine, un composé alcaloïde de couleur dorée présent dans un assortiment de plantes, comme l’épine-vinette, le filon d’or, le curcuma, l’hydraste, le raisin d’Oregon et le phellodendron, est appréciée par la médecine traditionnelle pour ses propriétés antibactériennes, anti-inflammatoires et immunitaires.

Elle est également utile contre les bactéries, les protozoaires et les champignons. Il a été scientifiquement démontré que la berberine inhibe avec succès toutes les souches testées de Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline, ainsi que les bactéries Escherichia coli (E. coli). D’ailleurs, elle est souvent utilisée par voie topique pour prévenir et soigner les infections causées par les coupures et les plaies.

De plus, de nouvelles recherches prouvent l’efficacité de la berberine dans le traitement du cancer. Selon une étude publiée dans le Journal of Natural Medicines, la berbérine a ralenti la croissance des cellules de carcinome colorectal humain in vitro et in vivo.

Lorsque la berbérine était administrée à la dose de 50 mg kg-1 jour-1, il y avait un taux inhibiteur de 45,3% dans la xénogreffe d’adénocarcinome colorectal chez les souris. Le taux a bondi à 59,8% lorsqu’une combinaison de berbérine et de 5-fluorouracile (un médicament de chimiothérapie cytotoxique) a été administrée.

De même, la berbérine est prometteuse avec le cancer du sein. La revue « Biomaterials » a publié une étude qui démontre l’efficacité de la berbérine dans la réduction de la récidive du cancer du sein, associée aux cellules souches cancéreuses pharmaco-résistantes.

Selon l’équipe, la résistance aux médicaments de ces cellules souches est due aux protéines liées à l’apoptose mitochondriale. Les liposomes berbérine ont été développés pour moduler les protéines mitochondriales ainsi que la membrane cellulaire résistante.

Les liposomes ont traversé avec succès la membrane des Cellules souches et se sont accumulés sélectivement dans les mitochondries. Plusieurs enzymes clés ont également été activées, ce qui a conduit les chercheurs à conclure d’une efficacité significative de l’administration de la berberine chez les souris, indiquant que « les liposomes ciblant la berbérine sont une thérapie potentielle pour le traitement et la prévention des rechutes du cancer du sein ».

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI