Témoignage d’une mère de famille : « Depuis que j’ai frôlé le burn-out maternel, j’ai arrêté de gérer ma vie comme une to-do list »

Accueil » News » Témoignage d’une mère de famille : « Depuis que j’ai frôlé le burn-out maternel, j’ai arrêté de gérer ma vie comme une to-do list »

A presque 40 ans, Sandrine Raffin-Joineau est une « workinmum » très dans la vie. Cela à tel point qu’elle se retrouve avec de lourdes charges mentales qui l’épuisent énormément.

Ayant pris conscience qu’elle était sous la menace d’un burn-out suite à une discussion tendue avec sa fille, elle décide de vivre sa vie d’une tout autre façon pour retrouver la paix et la quiétude dans sa vie. Ayant réussi cela, elle partage son expérience afin de venir en aide à d’autres mamans qui sont peut-être confrontées à ce qu’elle a vécu par le passé.

Le syndrome wonder-woomanite :

Sandrine raconte qu’elle a longtemps été atteinte de ce qu’elle décrit comme étant du « wonder-womanite aiguë », soit sa propension à combiner plusieurs activités et tâches. « J’étais patronne d’un centre de restauration rapide, où je dirigeais un service composé de 11 personnes. Toute la journée, je donnais des ordres », dit-elle.

Sandrine ajoute que quand elle rentrait chez elle le soir, elle restait connecter sur son téléphone pendant un moment, avant de s’adonner à la gestion de son foyer. « Je savais que j’étais trop exigeante vis-à-vis de moi-même, mais j’avais une grande conscience professionnelle, maternelle et familiale », nous fait-elle savoir.

« Je me disais : je peux le faire puisque les autres y arrivent. J’étais imprégnée de l’image de Bree Van de Kamp, le personnage de Desperate Housewives. Imprégnée aussi de toutes les injonctions à la perfection que nous subissons toutes en tant que femmes ».

Ce qui a failli lui faire perdre sa fille :

Sandrine explique qu’à force d’avoir à gérer tant de chose dans sa vie, elle a fini par être constamment stressée, sous pression et surtout extrêmement épuisée. Mais, ce n’est que quand elle se disputa avec sa fille, qu’elle a pris conscience du risque qu’elle prenait.

« Ma fille, elle, avait un comportement que je considérais comme « casse-pieds ». Elle réclamait de l’attention, quand je rentrais c’était « maman, maman »… A un moment, je me suis même dit : « c’est un boulet dans ma vie, elle m’empêche d’être l’employée parfaite ». A l’inverse, lorsque j’étais au travail, je pensais : « tu es une mauvaise mère parce que tu n’es pas présente quand vous êtes ensemble », rapporte Sandrine.

Sandrine fournissait tous les efforts du monde pour tenter d’être à la fois une maman et une épouse parfaite, et aussi une employée modèle. « Du coup, je gérais ma vie comme une to-do list. Par extension, ma relation avec ma fille n’était plus qu’une liste de tâches, que je cochais mentalement.  Le bain, c’est fait, le repas, c’est fait, jouer 5 minutes avec elle, c’est fait ».

Elle n’avait pas conscience de ce que sa fille ressentait pendant tous ses moments d’absence. Elle souffrait bien évidemment de cela. De plus, il arrivait aussi qu’elle lui cri dessus par moment.

« Je lui donnais des ordres pour qu’elle agisse immédiatement. Jusqu’à une énième dispute, où je me suis retrouvée à la menacer de couper l’oreille de son doudou si elle ne mettait pas sa robe. Elle a refusé, j’ai exécuté la menace. Évidemment, je me suis écroulée, en pleurs ». C’est là que Sandrine a su qu’elle devait revoir ses habitudes et changer de mode de vie !

Ses nouvelles mesures :

« J’ai alors décidé d’entamer un coaching, qui m’a fait prendre conscience que mon travail n’était plus en adéquation avec mes valeurs. Je me mettais trop de pression. J’ai pris conscience que j’étais responsable de mon bien-être, de mon bonheur.

J’ai alors quitté mon métier pour me former au coaching, et aujourd’hui, j’accompagne des femmes pour les aider à ôter leur cape de « wonder woman », qui les emprisonne. En tant que coach, j’ai envie de les aider à se libérer de leur charge mentale, des injonctions qui pèsent sur leurs épaules, de cette sur-exigence qu’on s’impose à nous-même. A vivre l’instant présent pour être pleinement des mamans et des femmes actives épanouies ».

Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI