Le Tennessee devient le quatrième État à restreindre l’utilisation de l’herbicide Monsanto !

Accueil » News » Le Tennessee devient le quatrième État à restreindre l’utilisation de l’herbicide Monsanto !

Le Tennessee est devenu le quatrième État à imposer des restrictions sur l’utilisation de l’herbicide phare de Monsanto, le dicamba. Les agriculteurs de l’État ont déclaré que l’herbicide avait dérivé vers les fermes avoisinantes, endommageant les cultures qui n’avaient pas été génétiquement modifiées pour y résister.

Le Tennessee suit l’Arkansas, le Missouri et le Kansas en tenant le géant mondial Monsanto, responsable des dommages environnementaux. Le dicamba est le principal ingrédient des herbicides produits par Monsanto, BASF et DuPont pour le soja et le coton, qui ont été génétiquement modifiés pour tolérer le produit chimique.

Un produit pourtant autorisé par l’EPA :

L’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis a approuvé le dicamba comme étant sûr pour l’utilisation en 2016 contre les mauvaises herbes à feuilles larges.

Malgré son efficacité supposée, les agriculteurs du sud des États-Unis affirment que le dicamba a coûté à leurs voisins des milliers de dollars en récoltes perdues en raison de leur dérive vers les fermes environnantes. Plusieurs poursuites ont déjà été intentées contre des producteurs de dicamba.

Hunter Rafferty, un agriculteur de Wyatt, dans le Missouri, a déclaré à Reuters : « Nous avons subi des dégâts sur presque chaque hectare de soja que nous exploitons dans le sud-est du Missouri. Dans notre petite ville, les azalées, les plantes ornementales, les gens ont perdu leurs potagers. C’est un gros problème ».

Selon Rafferty, 3 000 à 4 000 acres de soja dans son exploitation familiale ont été compromises à cause de la dérive du dicamba. Il dit que les feuilles des plantes se sont étranglées en forme de coupelle – un signe que les graines de soja ont été modifiées.

Monsanto a nié ces affirmations comme étant les divagations des agriculteurs sans instruction. Ils insistent sur le fait qu’il s’agit de défis auxquels est confrontée toute stratégie d’adoption précoce.

Les représentants de Monsanto ont comparé la contamination croisée à des problèmes similaires rencontrés par la société lors du lancement des cultures résistantes au glyphosate Roundup Ready il y a de cela 20 ans ; une situation qui a été résolue, comme le suggèrent des rapports récents.

Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI