Vers une meilleure prise en charge des frais de médecine alternative par les mutuelles …

Accueil » News » Vers une meilleure prise en charge des frais de médecine alternative par les mutuelles …

En France, tout comme dans de nombreux pays du monde, les médecines douces peinent à être reconnues par les autorités, cela malgré une forte affluence de la population envers ces pratiques médicinales. Ce qui fait que l’assurance maladie ne prenne pas aussi en considération ces médecines douces dans ses grilles de remboursement.

Les médecines douces ou médecines alternatives connaissent depuis les années 80 un regain d’intérêt de la part des Français. Selon les statistiques publiées sur le site « Le Blog De Médecine Douce », environ 4 personnes sur 10 au sein de la population française, se soignent avec une médecine douce. Mais faute d’être intégrée officiellement à l’académie nationale de médecine, ces pratiques ne sont pas (totalement) remboursées par la sécurité sociale. Ce qui fait que leur prise en charge est laissé aux mutuelles, comme la MAAF.

Médecine douce et sécurité sociale : Une relation compliquée !

Force est de reconnaître qu’entre la médecine douce et la sécurité sociale, les relations sont plutôt très compliquées. La médecine douce ou alternative, dite aussi « non conventionnelle), rassemble une multitude pratiques, les plus populaires étant l’ostéopathie, l’acupuncture, l’hypnose, l’homéopathie, les cures thermales, la sophrologie, la méditation, la mésothérapie, le tai-chi…

En plus de celles-ci, d’autres pratiques plus récentes et peu connues englobent entre autres la musicothérapie ou la chromothérapie. Mais parmi ces nombreuses pratiques, seulement quatre jouissent du titre « pratique thérapeutique complémentaire », et par conséquent, sont prises en charge par l’assurance maladie. Il s’agit de l’ostéopathie, l’acupuncture, la mésothérapie, l’homéopathie.

De plus, pour être remboursé pour des séances de ces pratiques, elles doivent être pratiquées par des professionnels de la santé « qualifié », autrement des individus ayant bénéficiés d’une formation portant sur l’un des 4 domaines cités ci-dessus. Si cela est justifié, vous pouvez alors prétendre au remboursement qui s’opère sur la base du tarif général, soit une base de 70 % du coût de la consultation.

Les mutuelles constituent alors votre issue de secours :

Voir la page suivante (Cliquez sur le bouton jaune en dessous)

Page suivante
Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI