Victimisation chronique : Voici Pourquoi certaines personnes se plaignent constamment pour ou sans raison … Seriez-vous l’une d’elles ?

Accueil » Psycho & Couple » Psychologie » Victimisation chronique : Voici Pourquoi certaines personnes se plaignent constamment pour ou sans raison … Seriez-vous l’une d’elles ?

Tout le monde, à un certain moment de la vie, a joué le rôle de victime. Cependant, il y a des gens qui deviennent des victimes permanentes, en font même une manière d’être pour en tirer le meilleur avantage : Ces personnes là souffrent de ce qu’on appelle la «Victimisation chronique» !

Quant on est atteint du syndrome de la victimisation chronique, on se déguise en fausse victime, consciemment ou inconsciemment, simulant une agression inexistante et, par conséquent, blâmant les autres, et se débarrassant ainsi de toute responsabilité. La négativité constante émanant des victimes chroniques représente un énorme défi pour ceux qui les entourent. Comment, en fait, reconnaitre ce type de troubles ?

Radiographie d’une victime chronique :

En fait, la victimisation chronique n’est pas une maladie, mais peut conduire à un trouble paranoïaque, quand la personne blâme continuellement les autres de sa souffrance.

visuel-intimidation

En plus, cette façon de faire face au monde conduit à une vision pessimiste de la réalité qui bouleverse à la fois, la personne qui se victimes et celle qui reçoit ses reproches.

Dans de nombreux cas, la personne qui embrasse la victimisation chronique finit par nourrir des sentiments très négatifs, comme le ressentiment et la colère, qui mènent à une victimisation agressive. C’est le cas typique de ceux qui ne se contentent pas de se plaindre, mais attaquent et accusent autrui de faire preuve d’intolérance et d’agressivité continuellement à leur égard.

Parmi les principaux signes des victimes chroniques, on retrouve le fait de :

  • Dénaturer la réalité :

Ces gens croient fermement que le blâme pour ce qui leur arrive repose toujours sur les autres, mais jamais sur eux même. En fait, le problème est qu’ils ont une vision déformée de la réalité, un lieu de contrôle externe et croient que les choses positives et négatives qui se produisent dans leur vie ne dépendent pas directement de leur volonté, mais de circonstances extérieures. En outre, ils exagèrent les aspects négatifs, en développant un pessimisme exacerbé qui les amènent à se concentrer uniquement sur les choses négatives qui se produisent, en ignorant le positif.

  • Trouver du réconfort dans le regret :

Ces gens croient qu’ils sont les victimes des autres et des circonstances, donc ne vous sentez pas coupable ou responsable de tout ce qui leur arrivent. En conséquence, la seule chose qui reste est le regret. En fait, ils trouvent souvent du plaisir avec l’acte de se plaindre, parce qu’ils assument ainsi mieux leur rôle de «pauvres victimes» et réussissent à attirer l’attention des autres. Ces gens ne cherchent pas d’aide pour résoudre leurs problèmes, ils se lamentent dans une recherche effrénée de la compassion et du leadership.

  • Chercher constamment des coupables :

Les gens qui assument le rôle de victimes éternelles, développer une attitude suspecte, ils croient souvent que les autres agissent toujours de mauvaise foi, seulement pour les faire trébucher. Ainsi, ils ont souvent un désir presque malade de découvrir de petits griefs, se sentent discriminés ou maltraités, juste pour réaffirmer leur rôle en tant que victimes. Ensuite, ils finissent par développer l’hypersensibilité et devenir spécialistes à créer une tempête dans un verre d’eau.

Retrouvez d’autres caractéristiques des victimes chroniques, leurs stratégies et les moyens de leur faire face, en lisant la suite de notre article …

Voici les stratégies des victimes chroniques et comment se comporter avec ce genre de personnes :

 Quelles sont leurs stratégies ?

Quand une personne assumer le rôle de la victime, il doit y avoir un coupable. Par conséquent, vous devez développer une série de stratégies afin d’amener l’autre personne à assumer de la culpabilité également. Si nous ne sommes pas conscients de ces stratégies, nous pourrions tomber dans leur piège et même être prêt à porter tout le blâme sur notre dos.

  1. La rhétorique  de la victimisation :

Fondamentalement, la rhétorique de cette personne sert à disqualifier les arguments de son adversaire. Cependant, celle-ci ne réfute pas ses assertions avec d’autres arguments valables, mais s’assure que l’autre assume involontairement le rôle d’attaquant.

Comment ? En assumant simplement le rôle de la victime dans la discussion, l’autre personne sera quelqu’un d’autoritaire, peu empathique ou même agressif. C’est ce qu’on appelle dans le domaine de l’argumentation : «La rhétorique centriste» alors que la personne essaie de montrer l’adversaire comme un extrémiste, au lieu de se soucier de réfuter ses prétentions. Ainsi, tout argument introduit par l’adversaire n’apparaîtra que comme une démonstration de mauvaise foi.

LIRE AUSSI:  Voici 20 leçons de vie que nous enseigne une femme de 90 ans!

Par exemple, si une personne ose résister à une réclamation avec des faits indiscutables ou des statistiques obtenues à partir de sources fiables, la victime ne répondra pas par des faits, mais dira quelque chose comme : « Vous m’attaquez toujours, et maintenant vous dites que je mens » Ou « Veuillez m’excuser mais vous essayez d’imposer votre point de vue ».

  1. Retrait de la victime :

Parfois, le discours de la victime est dirigé pour éluder la responsabilité et éviter d’avoir à s’excuser ou à reconnaître son erreur. Par conséquent, il essaiera de se débarrasser de la situation. Pour y parvenir, la stratégie consiste à discréditer l’argument du vainqueur, mais à ne jamais admettre qu’il a tort.

Comment ? Encore une fois, en assumant le rôle de la victime, en jouant avec les données et en les manipulant pour plus de commodité afin de semer la confusion. Fondamentalement, cette personne va projeter ses erreurs sur l’autre.

Par exemple, si une personne répond avec une donnée vérifiée, qui refuse sa déclaration antérieure, la victime ne reconnaîtra pas son erreur. En tout cas, il essaiera de faire une retraite honorable en disant quelque chose comme : «Ce fait ne contredit pas ce que j’ai dit. S’il vous plaît ne créez pas plus de confusion et de chaos» ou «Vous me blâmez de confondre les autres, vous êtes grossier, Il est clair qu’il est inutile de discuter avec vous parce que vous ne voulez pas écouter la raison ».

#3. Manipulation émotionnelle :

Close-up of psychologist comforting his depressed patient

L’une des stratégies préférées des victimes chroniques est la manipulation émotionnelle. Quand cette personne connaît bien l’autre partie, elle n’hésitera pas à jouer avec ses émotions pour mettre la situation en sa faveur en assumant le rôle de victime. En fait, ces gens sont très habiles à reconnaître les émotions, et utilisent toute lueur de doute ou de culpabilité à leur profit.

Comment font-ils ? Découvrir le point faible de l’adversaire et exploiter l’empathie, cela peut se sentir. Ainsi, ils finissent par l’envelopper dans leur toile et de faire assumer à l’autre personne la pleine responsabilité et le rôle de bourreau, alors qu’ils restent à l’aise dans leur rôle de victimes et peuvent continuer à réclamer plus de concession

Par exemple, une mère qui ne veut pas admettre d’erreurs, peut mettre le blâme sur l’enfant en disant quelque chose comme: «Avec tout ce que j’ai fait pour vous, c’est ainsi que vous me payer! ». Cependant, ce genre de manipulation est également très répandu dans les relations amoureuses, entre les amis et même sur le lieu de travail.

Comment traiter avec ces gens ?

La première étape consiste à mettre à nu ces personnes qui assument le rôle de la victime. Ensuite, nous devons résister à l’attaque en évitant d’être pris dans le jeu. Il est logique de dire que nous n’avons pas le temps d’écouter leurs lamentations, s’il veut de l’aide ou une solution, nous serons heureux de l’offrir, mais nous ne sommes pas prêts à consacrer du temps et de l’énergie à écouter leurs plaintes.

Rappelez-vous que la chose la plus importante, pour ces gens ruiner votre journée,  décharger sur vous une dose de négativité et surtout vous faire sentir coupable c’est leur manière de se sentir mieux. N’oubliez pas que cela ne peut que vous blesser émotionnellement si vous donnez assez de pouvoir à ces gens.

En plus, mettez-vous en tête qu’ils sont incapables de faire une autocritique honnête. Ces gens sont convaincus qu’ils ne peuvent être blâmés pour rien, qu’il n’y a rien à critiquer dans leurs comportements.

Comme c’est la responsabilité des autres, ils n’acceptent pas la critique constructive. Il est donc inutile de procéder à un examen approfondi de la conscience pour les amener à changer d’attitude. Pour ces personnes, les erreurs et les défauts des autres sont intolérables, alors qu’ils sont eux-mêmes d’une grande subtilité. Après tout, ce sont eux les victimes éternelles, n’est-ce pas ?

Likez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI