Cinq médicaments pharmaceutiques qui détruisent votre santé à petit feu !

Accueil » Santé » Cinq médicaments pharmaceutiques qui détruisent votre santé à petit feu !

Depuis l’avènement de la médecine moderne, les professionnels de la santé prescrivent régulièrement des médicaments pharmaceutiques pour soigner les patients, et il va sans dire que ceux-ci permettent de sauver de nombreuses vies.

Toutefois, de nos jours, ces médicaments font l’objet d’un usage quelque peu abusif. De plus, si au départ l’industrie pharmaceutique était réellement soucieuse de la santé des malades, on craint que ces objectifs n’appartiennent au désormais passé. Par la quête incessante du profit, des produits naturels que l’on reconnait comme étant sains, sont mis à l’écart au profit de médicaments aux effets secondaires néfastes.

Top 5 des médicaments sur ordonnance dont vous devez vous méfier :

Vous avez plus de risques de mourir d’une réaction indésirable médicamenteuse que de mourir d’une maladie cardiovasculaire, d’un cancer du poumon, d’un cancer du sein ou du diabète. Et c’est inquiétant.

Cinq médicaments pharmaceutiques qui détruisent votre santé à petit feu !

Alors que la liste suivante compromet certains des médicaments les plus couramment prescrits avec les pires effets secondaires, elle ne constitue aucunement une liste complète.

Le plus important pour vous est de faire vos propres recherches sur chaque prescription de votre médecin et de lui parler ouvertement de vos préoccupations concernant les possibles effets secondaires des médicaments prescrits.

1. Inhibiteurs de la pompe à protons : 

Autrement connu sous le nom d’IPP, les inhibiteurs de la pompe à protons sont couramment prescrits pour le reflux acide. Vous connaissez peut-être leurs noms de marque Nexium, Prevacid et Prilosec.

Cependant, ils ont été associés à des risques plus élevés de démence, de maladie rénale et de crise cardiaque. En outre, les IPP peuvent provoquer une constipation chronique, de faibles niveaux de magnésium et augmenter le risque de fractures osseuses.

2. Prednisone :

La Prednisone est un corticostéroïde souvent prescrit pour les maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde, le lupus et la colite ulcéreuse. Il agit en supprimant la réponse immunitaire qui provoque l’attaque du corps, mais en même temps, il compromet littéralement votre système immunitaire et vous rend plus vulnérable aux infections, légères et graves.

L’utilisation à long terme a été associée à des ecchymoses, des changements dans la graisse corporelle dans certains endroits (visage, cou, dos et taille), une baisse de la libido, de l’acné et des menstruations compliquées.

3. Les Statines :

Prescrits pour gérer les taux élevés de cholestérol, les statines sont parmi les médicaments les plus couramment pris par les adultes. En 2012, plus de 23% de tous les adultes américains de plus de 40 ans ont déclaré prendre des statines (comme Crestor, Zocor, Lipitor, Livalo, Mevacor et Pravachol).

À court terme, les effets secondaires peuvent inclure des maux de tête, de l’insomnie, des douleurs musculaires, des nausées, des ballonnements, des gaz, de la diarrhée et des éruptions cutanées. Mais les risques de l’utilisation de statines à long terme sont encore plus graves.

4. Les antidépresseurs :

1 sur 10 Américains de plus de 12 ans prennent des antidépresseurs, selon les CDC. Un sur dix! Et 60% de ces personnes prennent des antidépresseurs depuis plus de deux ans d’affilée. Malheureusement, leurs effets secondaires sont nombreux; ils comprennent: le gain de poids, la baisse de libido, les nausées, les problèmes de sommeil, la constipation, l’irritabilité et l’anxiété. Mais pour les adolescents et les enfants prenant des antidépresseurs, il existe également un risque accru de suicide.

5. Les Opioïdes :

Alors que la plupart des médecins sont d’accord avec la prescription appropriée d’analgésiques opioïdes pour la douleur aiguë, les opioïdes ne sont pas une solution appropriée pour les maladies chroniques.

De plus, en raison de leur caractère hautement addictif, même les personnes auxquelles on prescrit des opioïdes pendant une courte période (par exemple pour le rétablissement post-opératoire), peuvent très facilement devenir dépendantes et commencer à abuser de leurs prescriptions.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI