Les conseils d’une pédiatre pour protéger vos enfants contre d’éventuels abus sexuels !

Accueil » Psycho & Couple » Les conseils d’une pédiatre pour protéger vos enfants contre d’éventuels abus sexuels !

Selon des statistiques remontant à 2013, on estimait qu’un enfant sur dix est victime d’abus sexuel avant l’âge de 18 ans, le risque étant plus élevé pour les filles (1 sur 7) que pour les garçons (1 sur 25).

Avec de tels statistiques horribles, vous ne pouvez pas vous permettre d’ignorer les conseils de cette pédiatre. Elle raconte que : «sans entrer dans les détails graphiques, je reçois probablement un ou deux enfants par mois dans mon bureau qui ont été sexuellement abusés ou molestés. Je vais aborder plusieurs points à la lumière des scénarios les plus courants que j’ai vus ».

1. Où se produisent généralement les abus sexuels?

Le lieu où se produit généralement l’abus est susceptible d’être un endroit qui vous est familier. Par exemple chez des membres de la famille ou chez des amis que vous connaissez bien.

Les conseils d’une pédiatre pour protéger vos enfants contre d’éventuels abus sexuels !

Le groupe de jeunes de l’Église est le deuxième endroit, habituellement parce qu’il y a moins de supervision. L’école, le camp et les lieux de sports sont aussi des autres endroits, mais moins probables à moins qu’il y ait des enfants autorisés à être seuls avec les enseignants ou les entraîneurs.

Alors, demandez aux écoles, aux entraîneurs et aux églises quels sont leurs plans de sécurité pour protéger les enfants. Ce n’est jamais parfait, mais en procédant de la sorte, ils sauront qu’il y a des parents conscients qui se font du souci pour leurs enfants.

2. « Se méfier des étrangers » n’est pas une mesure sure :

La plupart des cas d’abus sexuels sur enfants, sont commis par un proche de la famille. Il s’agit presque toujours d’un cousin, d’un voisin connu, d’un grand frère, d’un baby-sitter, d’un père/beau-père, d’un oncle ou d’un petit ami.

Alors, il est assez rare qu’un étranger s’en prenne directement à votre enfant. Pour qu’une personne en dehors du cercle familial abuse d’un enfant, il trouve d’abord un moyen de s’incruster dans la famille pour baisser la garde.

Ils auront un comportement irréprochable de telle sorte que toutes les accusations de l’enfant vous sembleront infondées. Cela se produit très souvent. L’enfant se laisse maltraiter par l’ami ou membre de la famille en qui il fait confiance.

Mais quand il en a marre et qu’il décide d’en parler, les parents aussi refusent de croire en la véracité des propos avancés par l’enfant.

3. Touchers vs attouchements : Assurez-vous que les enfants savent faire la différence :

Les contacts sécuritaires sont ceux qui se trouvent dans des zones non couvertes par votre maillot de bain, comme les épaules, la tête et les pieds. Les contacts sécuritaires sont aussi ceux qui vous font vous sentir calme et en sécurité, comme un câlin de votre mère.

Mais les mauvais touchers ou  attouchements sont ceux dans les zones qui sont couvertes par des sous-vêtements. Ils sont aussi ceux qui vous rendent nerveux, effrayé ou inquiet. Si une personne plus grande vous touche d’une manière qui vous met mal à l’aise, c’est une mauvaise chose. Dites-donc à vos enfants de vous signaler de tels actes.

4. Utiliser les termes anatomiques appropriés pour les parties du corps :

Les yeux sont les yeux, les genoux sont les genoux et les pénis sont les pénis (procéder avec l’embrayage de perle). N’utilisez pas de noms mignons ou de noms vagues comme le butin ou le tout-petit ou le biscuit ou le trésor. Ils apportent de la confusion au cas où quelque chose doit être signalé. En plus, Ils déstigmatisent également ces parties du corps.

Likez et Partagez cet article sur Facebook

VOUS AIMEREZ AUSSI