Des cellules de mammouth laineux vieilles de 28 000 ans montrent des signes biologiques de vie

Accueil » News » Des cellules de mammouth laineux vieilles de 28 000 ans montrent des signes biologiques de vie

Ce mammouth laineux de 28 000 ans a été déterré dans le permafrost sibérien en 2011. Les scientifiques ont découvert que son ADN est partiellement intact.

Yuka, le mammouth de 28 000 ans. Crédit : Kindai University

Il y a neuf ans, un mammouth laineux remarquablement bien préservé a été déterré du permafrost sibérien. L’espèce ayant connu son extinction il y a quelque 4000 ans, trouver un spécimen aussi relativement intact était un exploit stupéfiant – d’autant plus que celui-ci avait 28 000 ans.

Depuis, les scientifiques ont étudié avec enthousiasme le mammouth découvert pour tenter de déterminer dans quelle mesure son matériel biologique est encore viable, des millénaires plus tard. Dans une nouvelle étude publiée dans Scientific Reports, il est clair que des progrès substantiels ont été réalisés dans cette tentative. Selon Fox News, les cellules de ce spécimen de 28 000 ans ont montré des « signes d’activités biologiques » après avoir été injectées dans des ovocytes de souris – des cellules trouvées dans les ovaires qui sont capables de former un ovule après division génétique.

« Cela suggère que, malgré les années qui se sont écoulées, l’activité cellulaire peut encore avoir lieu et que certaines parties peuvent être recréées », a déclaré l’auteur de l’étude, Kei Miyamoto, du département de génie génétique de l’université de Kindai. « Jusqu’à présent, de nombreuses études se sont concentrées sur l’analyse de l’ADN fossile et non sur le fait de savoir s’il fonctionne encore ».

Une représentation du mammouth laineux au Royal BC Museum de Victoria, au Canada. Crédit : Wikimedia Commons

Le processus visant à établir si l’ADN du mammouth pouvait encore fonctionner n’était pas facile. Selon IFL Science, les chercheurs ont commencé par prélever des échantillons de moelle osseuse et de tissu musculaire sur la patte de l’animal. Ces derniers ont ensuite été analysés pour détecter la présence de structures non endommagées ressemblant à des noyaux, qui, une fois trouvées, ont été extraites.

Une fois que ces noyaux ont été combinés avec des ovocytes de souris, des protéines de souris ont été ajoutées, révélant que certaines des cellules de mammouth sont parfaitement capables de reconstitution des noyaux. Cela a finalement suggéré que même des restes de mammouth âgés de 28 000 ans pouvaient abriter des noyaux actifs.

Cinq des cellules ont même montré des résultats très inattendus et très prometteurs, à savoir des signes d’activité qui ne surviennent généralement qu’immédiatement avant la division cellulaire. L’étude soutient cependant qu’il reste beaucoup de travail à faire. « Dans les ovocytes reconstruits, les noyaux de mammouth présentaient l’assemblage du fuseau, l’incorporation d’histones et la formation partielle de noyaux ; cependant, l’activation complète des noyaux pour la division n’a pas été confirmée », selon l’étude.

L’image ci-dessous représente une série d’ovocytes auxquels on a injectés des noyaux de mammouth.

Un time-lapse de cellules ovocytaires de souris auxquelles on a injecté des noyaux de mammouth. Crédit : Kindai University/Scientific Reports

« Nous voulons faire avancer notre étude jusqu’au stade de la division cellulaire, mais nous avons encore un long chemin à parcourir », a déclaré Miyamoto.

Alors que la plupart des mammouths se sont éteints il y a entre 14 000 et 10 000 ans, ce mammouth particulier – que l’équipe de recherche a surnommé « Yuka » – appartenait à une population résistante de l’espèce qui a réussi à vivre dans l’île Wrangel de l’océan Arctique jusqu’à il y a 4000 ans.

La découverte que les anciennes cellules de Yuka ont montré des signes d’intégrité de l’ADN structurel, sans confirmer la capacité de sortir l’espèce de l’extinction, complète les efforts de recherche de longue date de la communauté scientifique pour y parvenir.

Si Miyamoto admet que « nous sommes très loin de recréer un mammouth », de nombreux chercheurs qui tentent d’utiliser l’édition génomique pour le faire sont convaincus que cette réalisation est proche. Les efforts récents, utilisant l’outil controversé d’édition génomique CRISPR, sont sans doute les plus prometteurs de ces derniers temps. George Church, généticien de Harvard et du MIT et co-fondateur de CRISPR, dirige depuis des années l’équipe du Harvard Woolly Mammoth Revival qui tente d’introduire les gènes de l’animal dans l’éléphant d’Asie – à des fins environnementales liées au changement climatique.

« Les éléphants qui vivaient dans le passé – et peut-être dans le futur – abattaient les arbres et permettaient à l’air froid de toucher le sol et de maintenir le froid en hiver, et ils aidaient l’herbe à pousser et à réfléchir la lumière du soleil en été », a-t-il déclaré. « Ces deux (facteurs) combinés pourraient entraîner un énorme refroidissement du sol et un riche écosystème ».

À l’heure actuelle, l’équipe de Miyamoto s’efforce d’atteindre le stade de la division cellulaire – et avec les progrès réalisés jusqu’à présent, leurs efforts semblent plutôt prometteurs.

VOUS AIMEREZ AUSSI